Le groupe espagnol Santander présente son plan de réduction d’effectifs

capture écran du site de la banque Santander au centre-ville d'Almeria, Espagne.

Le secteur bancaire est en pleine mutation, si les transactions financières requéraient auparavant un passage du client en agence, il est aujourd’hui possible d’initier ces opérations via un Smartphone. Ainsi, les opérations se font plus rares auprès des agents, et ce qui poussent les groupes bancaires à procéder progressivement à leur fermeture.

Si les services numériques étaient déjà utilisés par les banques traditionnelles ces dernières années, la transition qui devait en découler ne s’est jamais concrétisée. Et pour cause, les succursales traditionnelles étaient à l’époque satisfaites de leur modèle structurel. Il en va de même pour certains clients qui avaient exprimé leur appréhension, une crainte notamment liée à la sécurisation des transactions.

Mais la pandémie du covid-19 a donné un énorme coup de jus à la mue numérique. Durant le confinement, les sociétaires étaient contraints d’utiliser ces outils numériques. Résultat, des sondages révèlent que de plus en plus de personnes seraient favorables à l’idée et seraient même prêts à changer de banque pour bénéficier du 100 % numérique. Toutefois, cette transition ne sera pas sans conséquence.

Une mue forcée

L’épidémie du covid-19 a-t-elle sonné le glas des services bancaires classiques ? À en croire les statistiques, il semblerait que ce soit le cas. En effet, les visites en agence se font plus rares du fait de la forte vulgarisation des services numériques.

Au cours de l’année 2020, l’usage des canaux en ligne a bondi de 40 %. Pour les professionnels du secteur, c’est le signe qu’il est temps pour les banques traditionnelles d’entamer leur mue digitale et d’adapter leur modèle structurel en conséquence. C’est notamment l’opinion de la présidente du groupe bancaire espagnol Santander, Ana Botin, qui a déclaré que :

Les changements induits par cette crise nous obligent à nous adapter parce que la digitalisation va s'accélérer encore plus.

Ana Botin.

Ainsi, un tiers des agences de Santander va être fermé, quelque 5 000 salariés vont être démis de leur fonction, dont 1 000 d’entre eux pourraient cependant être réorientés vers des filiales du groupe. La société espagnole n’est d’ailleurs pas la première succursale européenne à adopter de telles mesures.

En effet, la banque néerlandaise ING est arrivée au même constat et a annoncé vouloir diminuer le nombre de ses agences. Il en va de même en France avec la Société Générale, qui a récemment présenté son plan de réduction d’effectifs à ses syndicats de travailleurs.

Les modalités de licenciements

Cette fermeture de 30 % des agences de Santander n’a pas forcément ravi ses salariés. Après tout, ce sont des milliers de travailleurs qui seront licenciés. Les analystes indiquent toutefois que cette réduction d’effectifs s’inscrit dans un processus de rationalisation des coûts compte tenu du manque de visites en agence.

Au responsable des ressources humaines du groupe espagnol, Aurelio Velo, d’indiquer dans une note au personnel :

L'ajustement n'est pas une option, c'est une obligation pour restaurer la rentabilité et améliorer l'efficience.

Aurelio Velo.

Pour autant, il ne s’agit pas de se comporter en employeur sans cœur, les salariés ne seront pas sèchement congédiés. Rien d’officiel pour le moment, mais les négociations sont encore en cours quant aux modalités de licenciement. D’après certaines sources, les syndicats souhaitent des sorties non traumatiques, avec entre autres des offres de préretraites.

En effet, il est à noter qu’environ 4 000 employés de Santander ont plus de 55ans. L’association de protection des droits des travailleurs exige également l’ouverture d’un guichet de départs volontaires. La réponse du groupe espagnol devrait intervenir d’ici peu.

Choisir la Meilleure Banque

Comparez gratuitement et sans engagement plus de 160 banques en ligne et réseau en moins de 1 minute. Economisez jusqu'à 300€ sur vos frais bancaires

economisez jusqu'a 300€ sur vos frais bancaire
je trouve ma banque

Archives

back top