La Banque d’Italie s’est ajoutée à la liste des obstacles aux perspectives de croissance de N26 en Europe

Bâtiment de la Banque d'Italie (Banca d'Italia) à Bergame.

Depuis que N26 a décidé de concentrer ses efforts de développement sur le marché financier de la zone euro, les obstacles se bousculent pour freiner ses élans. Du moins, du côté des régulateurs des services financiers serrant l’étau sur cette néobanque soumise à des sanctions de la part de la BaFin et récemment de la Banque d’Italie.

Un an après s’être retirée du Royaume-Uni, N26 a annoncé en novembre 2021 qu’elle a également décidé de s’écarter du marché américain pour concentrer ses efforts sur la zone euro. Le hic, c’est que des obstacles majeurs sont venus freiner les perspectives de croissance de la banque en ligne en faisant allusion aux contraintes réglementaires imposées par la BaFin quelques jours avant son retrait des États-Unis.

Et la décision récente de la Banque d’Italie ne fera qu’empirer les choses puisqu’à l’instar du gendarme financier allemand, ce superviseur bancaire italien a également utilisé les mêmes motifs réglementaires pour sanctionner la néobanque encore plus sévèrement.

En proie à des sanctions réglementaires

Parmi les banques en ligne les plus populaires du haut de ses quelques 7,5 millions de clients depuis son lancement, N26 est aussi célèbre à travers ses relations plutôt tendues auprès des superviseurs bancaires qui semblent se donner le mot pour lui infliger des sanctions réglementaires.

À commencer par la BaFin qui, en novembre de l’année dernière, a décidé :

  • d’imposer une amende de 4,25 millions d’euros ;
  • de limiter le nombre de nouveaux clients de l’enseigne à 50 000 par mois, sur l’ensemble des 24 marchés européens.

Des pénalisations qui s’expliquent à travers des manquements en matière de lutte contre la fraude et le blanchiment d’argent selon ce régulateur allemand détectant des failles au niveau de la surveillance des transactions et de l’identification des clients.

Et alors que ces répressions sont encore d’actualité, la Banque d’Italie est venue s’ajouter à la liste pour des raisons similaires en déclarant que :

Les inspections menées entre le 25 octobre et le 17 décembre 2021 ont mis en évidence des lacunes importantes dans le respect de la réglementation anti-blanchiment.

En guise de sanction :

  • N26 ne peut plus recruter sur le marché italien jusqu’à nouvel ordre ;
  • La vente de tout nouveau produit ou service aux clients existants est suspendue.

Des obstacles majeurs à la croissance de l’enseigne

D’après les observateurs, ces sanctions font figure d’obstacles majeurs à la croissance de N26. D’ailleurs, tout porte à croire que la situation commence à inquiéter ses principaux investisseurs si ce n’est que de prendre en compte la déclaration récente de l’un d’eux s’exprimant en ces termes :

Ces accidents de croissance ne sont pas des bonnes nouvelles.

Le retrait de la néobanque du marché américain en est une preuve étant donné que cette décision est intervenue à peine quelques jours après les sanctions de la BaFin. Ce, qui a freiné par la même occasion les projets de développement de l’enseigne sur le marché allemand qui a motivé les 900 millions d’euros collectés à l’automne 2021.

Inutile de préciser que tant que ces pénalités seront d’actualité, la conquête de nouveaux clients est compromise pour la banque en ligne d’autant que la suspension de ses activités en Italie n’est pas pour arranger les choses.

Et les impacts ne manqueront pas de se faire ressentir selon les analystes estimant que cette situation pourrait alléger le poids de l’entreprise qui pourrait voir sa valorisation actuellement estimée à 9 milliards d’euros s’alléger. Ces experts pensent même qu’à ce niveau, N26 serait contrainte de repousser sa date d’introduction en Bourse initialement prévue pour fin 2022.

Choisir la Meilleure Banque

Comparez gratuitement et sans engagement plus de 160 banques en ligne et réseau en moins de 1 minute. Economisez jusqu'à 300€ sur vos frais bancaires

economisez jusqu'a 300€ sur vos frais bancaire
je trouve ma banque

Archives

back top