L’Europe face aux défis posés par les cryptomonnaies après l’annonce de la Libra de Facebook

Des cryptomonnaies

L’annonce du lancement de la cryptomonnaie de Facebook en 2020 suscite bien des préoccupations du côté des régulateurs et des autorités mondiales. Au sein de l’Union européenne, les ministres des Finances préconisent une approche « proportionnée et différenciée » pour répondre aux nouveaux enjeux créés par ces monnaies virtuelles.

Notre sélection des promos
Offre du moment
180 € Offerts
Hello bank!
Je découvre l’offre
Offre du moment
80 € Offerts
BoursoBank
Je découvre l’offre
Offre du moment
80 € Offerts
Fortuneo
Je découvre l’offre
Offre du moment
80 € Offerts
BforBank
Je découvre l’offre

L’UE veut empêcher le lancement de cryptomonnaies sans cadre réglementaire adapté

À travers le monde, les autorités de régulation et les décideurs s’attaquent au problème des cryptomonnaies après la présentation du projet Libra que Facebook prévoit de mettre en circulation en 2020. Celle-ci pourrait toutefois être repoussée à une date ultérieure en attendant qu’une réglementation adaptée soit en place.

Important L’Europe, en particulier, s’oppose au développement et à la mise sur le marché de monnaies numériques tant que l’intégralité des risques potentiels n’a pas fait l’objet d’une analyse approfondie.

C’est en substance, le contenu d’un texte soumis aux ministres des Finances européens et qui devrait être adopté avant la fin de l’année.

Pour qu’un accord mondial concernant les monnaies virtuelles entre en application au sein de l’UE, cette dernière devra au préalable avoir la garantie que tous les points sensibles (juridique, réglementaires, contrôle) ont été clairement identifiés et que des réponses appropriées ont été trouvées pour chacun d’entre eux.

Je compare les offres bancaires

Un traitement « proportionné » des risques s’impose pour favoriser l’innovation

L’objectif est d’être en mesure de faire face aux défis associés à l’émergence des cryptoactifs. En novembre, Valdis Dombrovskis, vice-président de la Commission européenne, a appelé à une

« Approche commune avec les États membres afin de tirer profit des avantages des cryptomonnaies tout en protégeant l’ensemble du marché par un traitement « proportionné » des risques ».

Valdis Dombrovskis.

Les ministres et les régulateurs reconnaissent en effet l’importance des innovations technologiques pour renforcer la compétitivité de l’Europe sur la scène internationale. Le secteur financier est particulièrement concerné, les outils digitaux permettant des paiements instantanés et à prix réduit facilitant les transactions transfrontalières constituent une attente forte.

Toutefois, Libra, la devise virtuelle du géant américain, inquiète le G7. Du fait de sa portée (2,4 milliards de personnes), les ministres redoutent son potentiel impact sur la souveraineté et la politique monétaires, le fonctionnement et la sécurité des systèmes de paiement, ainsi que la stabilité financière en général.

Ils ont ainsi fixé une liste de critères que la monnaie électronique de la société de Mark Zuckerberg devra respecter.

Je compare les offres bancaires

L’Europe doit trouver des solutions de paiements transfrontalières performantes et moins chères

Pour Valdis Dombrovskis,

« Ce projet met en lumière la nécessité de développer des solutions de paiement transfrontalières performantes rapides et moins coûteuses, qui manquent en Europe, et de favoriser l’essor de l’environnement fintech, en retard par rapport à d’autres régions ».

Valdis Dombrovskis.

La Banque centrale européenne (BCE) elle-même réfléchit à l’éventualité de créer sa propre monnaie numérique.

Possiblement avec d’autres banques centrales. Elle collabore déjà avec la Banque du Japon sur la définition de normes techniques relatives aux cryptomonnaies pour tous les banquiers centraux.

Selon un responsable au sein de l’institution,

« L’un des scénarios à l’étude prévoit la possibilité d’ouvrir un compte bancaire auprès de la BCE, minimisant ainsi les coûts de transaction, mais empiétant sur le territoire des banques et services de paiement »

Une autre option, moins ambitieuse, envisage la remise de monnaie virtuelle ou des jetons par la BCE aux acteurs bancaires, charge à ces derniers de les distribuer par la suite à leurs propres clients. Dans tous les cas, différents freins liés aux aspects technique et juridique doivent encore être levés.

Archives

Tout Meilleurtaux dans votre poche Meilleurtaux Reprenez le pouvoir sur votre budget

Faites des économies, suivez l’activité de vos comptes et simulez un achat immobilier ou un crédit consommation.

Meilleurtaux Placement Reprenez le pouvoir sur votre épargne.

Suivez la performance de tous vos contrats (assurance vie, retraite, immobilier, défiscalisation) et re-versez facilement. Garantie 0 paperasse.

Meilleurtaux Partenaires L’application gagnante pour les professionnels.

Augmentez votre chiffre d’affaires immobilières, gagnez en efficacité lors des premières visites, développez votre business au delà de l’immobilier et travaillez votre image et votre réputation.

application meilleurtaux
fraude Vigilance fraude et accompagnement

Attention, vous pouvez être sollicités par de faux conseillers Meilleurtaux vous proposant des crédits et/ou vous demandant de transmettre des documents, des fonds, des coordonnées bancaires, etc.
Soyez vigilants · Meilleurtaux ne demande jamais à ses clients de verser sur un compte les sommes prêtées par les banques ou bien des fonds propres, à l’exception des honoraires des courtiers. Les conseillers Meilleurtaux vous écriront toujours depuis une adresse mail xxxx@meilleurtaux.com
Vous avez un doute sur l’un de vos contacts ou pensez être victime d’une fraude ? Consultez notre guide.