Les engagements pris pour les populations fragiles entraînent une baisse des commissions bancaires

calcul et finance

Les résultats des six premiers mois 2019 sont quelque peu décevants pour les banques françaises. Elles se trouvent en effet face à une baisse non moins importante de leurs commissions nettes. À l’origine de celle-ci, les manifestations des Gilets jaunes qui ont amené les banques à revoir leurs tarifs. Explications.

Le Crédit Mutuel, Société Générale, La Banque Postale et BNP Paribas ont publié leurs rapports financiers pour le premier semestre 2019. Dans ceux-ci, une information en particulier attire l’attention, d’autant qu’elle leur est commune : la chute du produit net bancaire réalisé cette année, due notamment à la baisse des commissions nettes perçues.

Ces rapports mettent également en avant les raisons de ce déclin, qui s’avèrent être les engagements pris concernant le plafonnement des frais d’incidents bancaires pour les clients en situation de fragilité financière. Appliqués depuis quelques mois seulement, ces engagements semblent impacter le marché bancaire français d’une manière considérable.

Des dizaines de millions d’euros de pertes

Dans le rapport publié par BNP Paribas, il est ainsi possible de lire le montant des pertes que la banque a subies au cours des six premiers mois 2019. Celles-ci se chiffrent à 32 millions d’euros. Cette année, le premier semestre s’est terminé avec seulement 1,39 milliard d’euros de commissions perçues grâce aux frais bancaires.

À titre de comparaison, l’établissement bancaire est parvenu à récolter 1,422 milliards d’euros sur la même période en 2018. La banque a ainsi observé une baisse de 2,2 %.

La Banque Postale révèle une situation identique dans son rapport, pour la même période. Elle évoque en effet une perte de 39 millions d’euros, soit une baisse de 4,1 %. Elle conclut ainsi avec 2,6 milliards d’euros de produit net bancaire fin juin dernier.

Même scénario chez Société Générale qui a été affectée par une baisse de 1,2 % de ses commissions pour le deuxième trimestre de cette année. Le Crédit Mutuel Alliance Fédérale, pour sa part, a indiqué que le taux de croissance de ses commissions au cours du premier semestre 2019 a été limité à 0,8 %. Les manques à gagner s’avèrent ainsi énormes chez les banques hexagonales.

Des décisions lourdes de conséquences

Dans leurs rapports, les banques évoquent un « effet Gilets jaunes » comme à l’origine de ces pertes. Elles remettent notamment en cause deux décisions prises au début de cette année : le gel des tarifs appliqués pour le compte courant dédié aux particuliers et le plafonnement des frais d’incidents bancaires.

En effet, en période de crise des Gilets jaunes, le gouvernement a demandé aux banques de réglementer leurs tarifs de façon à réduire les frais à la charge des ménages à faibles revenus et en situation de fragilité financière.

Ces deux décisions ont donc été prises en réponse à cette demande. Le gel des tarifs concerne tous les clients particuliers. Le plafonnement des frais d’incidents s’applique en revanche aux clients identifiés comme étant financièrement fragiles.

Il s’agit notamment des clients qui n’ont pas choisi l’offre spécifique destinée aux utilisateurs fragiles. Pour ceux-ci, les frais d’incidents bancaires, incluant les lettres d’information, les commissions d’intervention et les frais de rejet, sont limités à 25 euros par mois. Par contre, pour ceux qui ont souscrit l’offre spécifique, ces frais sont plafonnés à 20 euros par mois et 200 euros par an. Une mesure entrée en vigueur depuis juin dernier.

Choisir la Meilleure Banque

Comparez gratuitement et sans engagement plus de 160 banques en ligne et réseau en moins de 1 minute. Economisez jusqu'à 300€ sur vos frais bancaires

economisez jusqu'a 300€ sur vos frais bancaire
je trouve ma banque

Archives

back top