Vers un accroissement des taux de crédits immobiliers

Une agent qui donne la clé d'une nouvelle maison à sa cliente

En raison d’un apport financier jugé insuffisant, certains demandeurs se voient refuser des crédits immobiliers. D’un autre côté, les personnes qui placent suffisamment d’argent sur leur compte d’épargne obtiennent facilement des prêts, en plus de bénéficier de taux attractifs. Ceci dit, des disparités de traitement s’observent chez les souscripteurs, en fonction de leur profil. Comment peut-on expliquer ce phénomène ?

Pour la première fois depuis le début de l’année, des courtiers du secteur de l’immobilier ont été abordés par une franchise de courtage en prêts. En bons connaisseurs du terrain, ils ont mis en exergue les tenants et les aboutissants de l’octroi des crédits immobiliers.

Les deux tiers des agences ont constaté un durcissement des politiques de distribution des lignes de prêts et une élévation des taux. Les clients qui empruntent sur une longue période (plus de 25 ans) et dont le revenu n’excède pas les 30 000 euros sont les plus touchés.

Toutefois, l’inflation des taux d’intérêt se limite à 0,2 point, ce qui augmente les mensualités de 18 euros au plus. Reste à savoir si la carence des offres, flagrante dans quelques régions de France, impactera les taux de l’année 2019.

Des prêts plus chers et moins faciles à obtenir

Selon deux tiers des professionnels sondés par la franchise de courtage, les établissements bancaires sont satisfaits de leur productivité, concernant les crédits immobiliers. Une éventuelle hausse de la marge n’est donc pas à négliger.

En effet, 126 agences sur les 190 qui ont été approchées indiquent avoir relevé une légère recrudescence des taux d’emprunt. À cette évolution s’ajoute le renforcement des conditions d’octroi de prêts, comme le révèlent 66 % des intermédiaires interviewés.

Les taux progressent entre 0,05 et 0,2 point

Dans quelques régions de France, les prix atteignent des montants particulièrement élevés. Cette situation pourrait impacter le marché d’ici l’année prochaine. La probable augmentation des taux fera-t-elle changer la donne ?

Une remontée des taux d’emprunt se dessine pour les prochains mois. Les nouveaux acheteurs devront se montrer particulièrement vigilants, surtout s’ils comptent emprunter un crédit sur une durée dépassant 25 ans. Comme la hausse des taux s’avère être une tendance chez les établissements bancaires, songer à un changement de banque n’est pas la solution.

Par exemple, un futur acquéreur qui souscrit un prêt de 200 000 euros, remboursable sur 20 ans, à un taux de 1,5 % verra les mensualités croître de 4 à 18 euros. La progression des taux oscille entre 0,05 et 0,2 point. La hausse étant peu significative, le pouvoir d’achat des ménages en est faiblement impacté.

Le profil du client conditionne l’octroi des crédits

Un client disposant de revenus confortables peut négocier un crédit de 15 ans, suivant un taux d’emprunt équivalent à 0,7 %. En revanche, un prêt contracté sur 20 ans demeure stable à 1,5 %, contre un taux de crédit de 1,7 % sur un quart de siècle.

Il est clair que les institutions bancaires tiennent compte des ressources de leurs clients dans le cadre de l’octroi d’un prêt immobilier. Il peut s’agir du niveau d’épargne, du salaire ou de l’apport financier.

Justement, 28 % des intermédiaires interrogés déclarent que les profils risqués et peu rentables bénéficient plus difficilement d’une ligne de crédit immobilier. C’est notamment le cas des personnes qui perçoivent moins de 30 000 euros par an.

Choisir la Meilleure Banque

Comparez gratuitement et sans engagement plus de 160 banques en ligne et réseau en moins de 1 minute. Economisez jusqu'à 300€ sur vos frais bancaires

economisez jusqu'a 300€ sur vos frais bancaire
je trouve ma banque

Archives

back top