6,5% des Français détiennent un compte bancaire en ligne

Une personne devant son ordinateur

Selon l’organe français qui supervise les activités bancaires et assurantielles, les banques à distance ont réussi à se faire une place dans le paysage bancaire. Si on en croit les chiffres de l’année 2017, les nouveaux acteurs totalisent 4,4 millions d’usagers, soit 6,5 % de Français. Outre les prix particulièrement compétitifs, les banques en ligne ont conquis de nouveaux clients en étendant leur offre aux produits d’épargne et à la distribution de prêts. Qu’en est-il de la rentabilité de leur modèle d’affaire ?

D’ici deux ans, les banques digitales comptent détenir 13,3 millions de clients au total. L’année dernière, elles ont déjà conquis 1,3 million de particuliers, comme le relate l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR). On doit cet essor aux stratégies commerciales plutôt agressives. Ce dynamisme est aussi porté par la promotion de la mobilité bancaire.

ImportantDe plus, la population française se soucie davantage de la hausse des frais bancaires constatée sur les comptes bancaires, qu’il s’agisse des frais de tenue du compte ou des incidents de paiement. Même si les nouveaux acteurs stimulent la compétitivité du secteur, leur avenir demeure incertain étant donné la complexité de leur business model.

Un résultat net décevant malgré une part de marché grandissante

3,9 % de titulaires de comptes courants sont des clients de banques en ligne en France. L’application de la nouvelle loi portant sur la mobilité bancaire y est pour beaucoup. Paradoxalement, les performances de ces pépites n’ont pas été concluantes, à l’exception de quelques rares enseignes.

Cette étude dressée par l’ACPR concerne 12 entités dont Fortuneo, la filiale du Crédit mutuel Arkéa. Boursorama, la banque en ligne de Société Générale, fait aussi partie du panel, tout autant que la néobanque berlinoise N26.

Une stratégie commerciale qui a porté ses fruits

Parmi les facteurs ayant contribué à la mobilité bancaire des anciens clients des établissements traditionnels figure l’attractivité des taux d’emprunt relatifs aux prêts immobiliers. De plus, les frais bancaires proposés par les banques en ligne se veulent moins chers. C’est d’ailleurs sur cette base qu’elles façonnent leur stratégie marketing.

En investissant dans les placements, les banques digitales ont su capter l’attention des détenteurs de fonds en euros et de livrets d’épargne. Rien qu’en 2017, ces acteurs ont séduit 1,3 million de particuliers, soit 33,5 % d’usagers conquis.

Un catalogue à enrichir

Malgré la forte croissance des banques à distance comme Boursorama et Hellobank!, le business model n’est pas rentable. La mise en place d’offres alléchantes comme les primes de bienvenue entraîne des coûts très importants, ce qui pèse généralement sur les résultats financiers. Si certaines prestations sont facturées à des tarifs très compétitifs, d’autres se distinguent par leur gratuité.

De plus, les solutions dédiées aux particuliers et aux professionnels, même si elles sont innovantes, sont moins diversifiées par rapport à celles des banques classiques. Par exemple, les établissements de crédit traditionnels accordent des prêts in-fine aux personnes qui souhaitent acheter une nouvelle propriété avant même qu’elles n’aient finalisé la vente de leur bien immobilier.

Choisir la Meilleure Banque

Comparez gratuitement et sans engagement plus de 160 banques en ligne et réseau en moins de 1 minute. Economisez jusqu'à 300€ sur vos frais bancaires

economisez jusqu'a 300€ sur vos frais bancaire
je trouve ma banque

Archives

back top