La préférence des banques du Moyen-Orient va à Paris

une cliente dans une banque du Moyen-Orient

Les banques moyen-orientales délaissent Londres pour se pencher davantage sur la capitale française, à en croire les demandes d’agréments pour l’instauration de leurs filiales indépendantes en France. Le Brexit pourrait en être la principale raison de ce revirement. Quoi qu’il en soit, le royaume britannique ne semble pas très enthousiaste à ce transfert d’activités.

Opérant depuis plusieurs années en Europe, sous la houlette britannique, les banques arabes se tournent actuellement vers la France. En effet, bon nombre d’entre elles dont National Bank of Kuwait et l'Arab Banking Corporation (ABC) projettent de mettre en place des filiales de plein exercice dans l’Hexagone. L’établissement d’un siège à Paris fait même partie du programme, leur accordant ainsi une entière indépendance vis-à-vis du Royaume-Uni.

Ce dernier peut se trouver perdant, à l’horizon du Brexit prévu pour mars 2019, à cause des divers transferts d’activités. Quelque attentisme est encore constaté au niveau des banques anglo-saxonnes, mais c’est sans compter sur l’Autorité bancaire européenne.

Des demandes d’agrément pour la création de filiales en France

Actuellement, des revirements ont été observés auprès du secteur bancaire international. Les banques outre-Atlantique, de grandes renommées, semblent vouloir jeter leur dévolu sur Paris, au détriment de Londres. Mais le même mouvement est constaté chez les entités moyen-orientales. Plusieurs demandes officielles de licence sur le territoire français ont été déposées.

L’Arab Banking Corporation ou ABC de Bahreïn est actuellement en attente d’agrément pour la création de ses filiales en France. Le groupe a même choisi la ville parisienne, où ses activités ont existé depuis trois décennies, comme emplacement de son siège européen.

Ce dernier gèrera en même temps ses deux succursales à Francfort et Milan, qui ont été auparavant sous la tutelle britannique. Il prévoit également de se positionner sur le marché allemand.

Deux ans à peine après son référendum sur le Brexit, le Royaume-Uni est en train de perdre ses filiales. La National Bank of Kuwait a suivi les pas d’ABC en déposant aussi une demande d’exercer pleinement en France, via sa filiale.

Cette initiative le permettrait d’être rattaché directement à sa maison-mère en Koweït. Quant au Jordanien Arab Bank, son choix paraît évident bien que leur annonce ne soit pas encore officialisée.

Cette préférence pour la France s’explique par sa meilleure position, à l’horizon de la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne. D’après un associé chez Linklaters, Marc Peronne :

Deux ans après le référendum britannique, il faut reconnaître que Paris se trouve en bien meilleure position que certains ne pouvaient le craindre au vu des premiers choix en faveur de Francfort. D'autres établissements commencent maintenant à emboîter le pas aux géants bancaires internationaux en vue du Brexit le 29 mars prochain.

Marc Peronne.

Des milliards de dollars d’actifs sont en jeu

L’Arab Banking Corporation se spécialise dans l’export. En tant que négociante de matières premières, elle est aussi qualifiée comme étant le pivot des relations institutionnelles entre l’Afrique du Nord et la France. C’est la raison pour laquelle son choix est indéniable. À noter que ce groupe financier, détenu par la Banque centrale libyenne et le Fonds souverain koweïtien dispose de 29 milliards de dollars d'actifs.

La National bank of Kuwait, une enseigne de plus de 60 ans d’activités dans le golfe persique détient, quant à lui, 150 filiales avec 80 milliards de dollars d’actifs à sa possession. Une fois son choix approuvé, elle pourra se libérer totalement de Londres. Pareil pour Arab Bank, qui gère des actifs tournant autour de 47,7 milliards de dollars.

Ces différents transferts dans la capitale française constituent des opportunités pour les clients qui souhaitent changer de banque. Certes, quelques établissements britanniques s’attendent encore à une période de transition après le Brexit. Mais l’Autorité bancaire européenne voit cet attentisme d’un mauvais œil.

Choisir la Meilleure Banque

Comparez gratuitement et sans engagement plus de 160 banques en ligne et réseau en moins de 1 minute. Economisez jusqu'à 300€ sur vos frais bancaires

economisez jusqu'a 300€ sur vos frais bancaire
je trouve ma banque

Archives

back top