L’introduction d’une variante numérique de l’euro est en cours de préparation au sein de l’Union européenne

Une main tient un téléphone intelligent et paie avec.

Au sein de la zone euro, les différentes banques des États concernés devraient émettre un euro électronique d’ici deux ans. Avec la Banque centrale européenne, elles songent à l’heure actuelle à l’introduction de cette monnaie numérique. Malgré le fait qu’elle soulève certaines interrogations, cette démarche ouvre de nouvelles possibilités au Vieux Continent.

L’été dernier, un projet de création d'un euro digital a été démarré au sein de l’Union européenne (UE). Actuellement, il arrive à un nouveau stade de sa préparation. Sur ce point, l’on soulignera qu’il ne s’agit nullement d’une monnaie cryptographique, qui est toujours jugée relativement instable. Si elle est créée, la version électronique de l’euro serait gérée par la Banque centrale européenne (BCE). Elle représenterait alors tous les États de l’UE.

Pour analyser tous les cas dans lesquels des transactions peuvent être réalisées avec celle-ci, il faut compter environ deux ans. Par la suite, l’étape d’après consistera à étudier les secteurs où l’on se servira du moyen de paiement.

L’euro numérique complèterait la monnaie traditionnelle

Cette phase d’analyse sera menée en partenariat avec les fournisseurs de technologie et les établissements bancaires nationaux. Parmi ces derniers pourrait en ce sens figurer Ma French Bank, une banque en ligne française, par exemple.

Il faut donc attendre un certain moment avant de voir apparaître l’euro numérique. Cependant, au sein de la BCE, les spécialistes présentent déjà les intérêts de son utilisation. D’après eux, cette monnaie sera :

  • En adéquation avec les réglementations en vigueur ;
  • Efficace ;
  • En harmonie avec les règles de confidentialité ;
  • Fiable ;
  • Facile d’accès.

Un membre du directoire de la Banque centrale européenne livre quelques explications sur son fonctionnement. D’après lui, celui-ci se révèlera meilleur en tant que complément des billets de banque classiques. Le tout en procurant un haut niveau de sécurité, précise-t-il.

Pour la BCE, l’euro électronique n’est pour l’heure pas en mesure de se substituer aux monnaies classiques. Néanmoins, il pourrait constituer à l’avenir une solution de remplacement sûre à ces dernières. Très vite, une telle situation se ferait ressentir dans les paiements de détail.

La BCE travaille actuellement sur un prototype

Positivement comme négativement, plusieurs avis sont soulevés face à la perspective d’une monnaie numérique européenne. Toutefois, la digitalisation est devenue un concept inhérent à la vie d’aujourd’hui. Elle provoque même une transformation de la manière de régler une facture.

Dans plusieurs branches de leur fonctionnement, pour les citoyens, cette solution s’accompagne sans doute de différents avantages. Grâce à elle, l’on pourra éviter beaucoup de processus relevant de la bureaucratie. Un mécanisme qui engendre un ralentissement économique, d’une part, et une condition de vie pitoyable, d’autre part. Pour contourner ce problème, il semble nécessaire que le paiement avec la monnaie numérique européenne devienne une pratique usuelle. Dès lors, des obstacles apparaissent. Pour cause, ce sujet suscite encore un certain nombre de questions.

Si l’émission du premier euro numérique est prévue pour début 2023, un prototype devrait être dévoilé dans les prochains mois.

Choisir la Meilleure Banque

Comparez gratuitement et sans engagement plus de 160 banques en ligne et réseau en moins de 1 minute. Economisez jusqu'à 300€ sur vos frais bancaires

economisez jusqu'a 300€ sur vos frais bancaire
je trouve ma banque

Archives

back top