Crédit Agricole SA perçoit une majoration de 17% sur son bénéfice

logo de Crédit Agricole SA

Le groupe bancaire mutualiste, Crédit Agricole SA, a effectué un rebond spectaculaire durant le deuxième trimestre de cette année et affiche ses meilleurs chiffres depuis six ans. Avec un profit qui a augmenté de 17% sur un an, les prévisions des analystes financiers ont été dépassées de quelques trentaines de milliards d’euros.

Le dynamisme commercial dans toutes les activités du groupe du mois d’avril à juin 2017 a permis d’atteindre son record. Le Crédit Agricole se démarque par sa proximité clientèle, le nombre de ses contrats d’assurance en est augmenté, sa filiale LCL a pu remonter la pente grâce à la progression des souscriptions de crédits et des ouvertures des comptes à vue.

À tout cela s’ajoute la baisse du coût des risques qui a contribué à l’optimisation de ses chiffres par rapport aux six années précédentes. Ainsi, le bénéfice net de l’entreprise a atteint 1,35 milliard d’euros, un montant qui , d’ailleurs, rend fier Directeur Général.

Le second trimestre affiche des résultats encourageants

La récession touchant les marchés boursiers, affichant un recul de 0,31%, s’est répercutée sur l’action du Crédit Agricole qui a également subi une décroissance de 1,18% à raison de 14,63 euros. En dépit de cela, la banque « verte » a pu augmenter ses profits de 17% sur un an avec 1,35 milliard d’euros de bénéfice net.

Cette somme se trouve bien au-delà du seuil établi par les analystes du consensus Facts qui ont prévu un montant de 1,03 milliard. Si on considère les plus-values des cessions-acquisitions et des autres exploitations exceptionnelles de l’établissement, le bénéfice net a même haussé de 43%.

En outre, une majoration de 6,5% est aussi constatée sur le produit net bancaire. En prenant en compte les éléments exceptionnels, celui-ci s’établit à 4,7 milliards d’euros. Ce qui présente une minime baisse de 0,6%.

Quant aux capitaux dont dispose le Crédit Agricole, ils ont progressé de 12,4% durant le second trimestre de l’année, soit 5 points de base de plus par rapport au ratio au mois de mars. Ces chiffres affirment la solvabilité du Crédit Agricole face aux incidents économiques que le pays peut rencontrer.

Dans tous les cas, le bénéfice global du Groupe, incluant celui du Crédit Agricole SA ainsi que ses caisses régionales, est actuellement évalué à 2,2 milliards d’euros, soit une progression de 9% par rapport aux trois premiers mois de l’année.

Plusieurs facteurs ont contribué à l’expansion du groupe

Selon Philippe Brassac, Directeur Général de la banque :

L’activité de tous les métiers accélère et se traduit par une bonne progression des revenus et du résultat.

Philippe Brassac.

L’un des principaux facteurs de l’expansion de la CASA est la régression du coût du risque, de 20%. Il s’agit des provisions visant à prévenir les risques de non-remboursement de crédit. S’ensuit l’équilibre des charges d’exploitations malgré les charges engendrées par le rachat de Pioneer Investments, filiale de la banque italienne UniCredit en décembre 2016. À noter que le groupe Amundi, dont l’actionnaire majoritaire est le Crédit Agricole a déboursé 3,5 milliards d’euros pour effectuer ce rachat.

En outre, le nombre des contrats d’assurance a augmenté grâce aux couvertures de dommages. Quant à l’assurance-vie, les souscripteurs ont délaissé les fonds en euros, qui sont devenus moins avantageux à cause d’un taux de rémunération inférieur, en faveur du placement en unités de compte.

Par ailleurs, les clients grands-comptes de cet organisme financier ont pu profiter de l’efficacité des sociétés de courtage. Un courtier ou comparateur tarif banque fournit des informations concernant les taux, les crédits, le change ainsi que tous les autres services bancaires.Or, la grande clientèle contribue au développement des chiffres d’affaires d’une entreprise. À cela s’ajoute l’expansion des opérations de prêts et des comptes à vues.

Ces progrès se reflètent sur les activités en détail de la filiale LCL, qui remonte progressivement la pente après une année difficile. En effet, la banque de proximité affiche les mêmes constats positifs par rapport au trimestre précédent.

De plus, dans le but de stabiliser ses revenus, elle est en pourparlers avec le groupe international Fiducial afin de lui céder la banque Thémis, spécialiste reconnu de l'accompagnement des entreprises en difficulté. La transaction s’élèverait à près de 40 millions d'euros, selon des sources sures. M Brassac justifie cette cession en déclarant que :

C’est une belle entreprise mais très indépendante et qui présente peu de possibilités de faire des synergies.

Philippe Brassac.

Choisir la Meilleure Banque

Comparez gratuitement et sans engagement plus de 160 banques en ligne et réseau en moins de 1 minute. Economisez jusqu'à 300€ sur vos frais bancaires

economisez jusqu'a 300€ sur vos frais bancaire
je trouve ma banque

Archives

Liens sponsorisés
back top