À qui appartiennent les six plus grandes banques en ligne ?

Touche clavier azerty de banque en ligne

L’évolution des banques digitales est tellement considérable que cela suscite la curiosité de tout le monde. Elles restent toutefois discrètes sur leur affiliation alors que la majorité d’entre elles appartiennent à un établissement financier traditionnel. Les raisons pourraient s’avérer commerciales, étant donné leur premier pas sur le marché bancaire. Toujours est-il que certaines néobanques sont totalement indépendantes.

Opter pour une banque traditionnelle ou ouvrir un compte en ligne ? Les Français doivent souvent faire face à ce dilemme, au moment où ils comptent déposer leur argent. Six banques en ligne se démarquent actuellement des autres, dont ING Direct, Fortuneo, Hello Bank !, Boursorama, BforBank et Monabanq. Si elles n’évoquent pas leur alliance avec une banque traditionnelle, il va sans dire qu’elles sont les filiales des établissements bancaires de renom.

Les raisons de cette discrétion peuvent toutefois être réalistes, car au lieu d’utiliser le nom de leur maison-mère en leur faveur, cette nouvelle génération de banques veut préserver leur réputation.

Les acteurs historiques s’accaparent le marché de la banque digitale

À l’ère du digital, les banques en ligne sont très répandues. Fortes de leurs offres très concurrentielles, elles attirent bon nombre de clients au détriment des établissements traditionnels. Pour une personne qui projette de changer de banque, il convient de connaître que la majorité de ces opérateurs numériques sont affiliés à des grands organismes financiers classiques.

ING Direct, par exemple, est une filiale du groupe néerlandais ING, un leader sur le secteur bancaire. Fortuneo, Monabanq et Hello Bank !, quant à elles, appartiennent respectivement au Crédit Mutuel Arkéa, au Crédit Mutuel et à BNP Paribas. En outre, la Société Générale détient la totalité des actions de Boursorama tandis que BforBank et la banque 100% en ligne du groupe Crédit Agricole.

Par ailleurs, les Fintech s’associent souvent avec les acteurs historiques de renom, surtout si leurs prestations sont liées à des services bancaires de détail. À titre d’exemple, le Compte-Nickel est un compte sans banque qui a fait l’objet d’un rachat en avril dernier par BNP Paribas. Notons néanmoins que certaines néobanques, dont Number26 et Revolut, n’appartiennent à aucun organisme traditionnel.

Rester discret pour des raisons commerciales

La nomination de leur maison-mère aurait pu favoriser les banques à distance. En effet, les établissements classiques de grande envergure, comme BNP Paribas, bénéficient d’une forte notoriété. De cela découle la confiance des consommateurs pour leurs filiales, étant donné qu’un titulaire de compte bancaire traditionnel pourrait en ouvrir un autre dans une banque en ligne en guise de complément.

Quoi qu’il en soit, les banques à distance ne se vantent pas sur leur appartenance. Un professeur de marketing à Paris, Jean-Marc Lehu, considère que les raisons de cette discrétion sont purement commerciales. Ce parisien souligne que :

Lorsque vous vous lancez sur un nouveau marché, vous n'avancez pas à visage découvert, afin de pouvoir couper la branche sans entacher votre réputation. Il est toujours plus facile de revendre une activité si elle n'est pas identifiée au grand groupe qui continuera d'exister sans elle.

Jean-Marc Lehu.

Il a d’ailleurs ajouté que :

Tous ces grands acteurs historiques ne pouvaient pas légitimement arriver sur le web avec comme seul argument un prix moindre sans risquer de cannibaliser leur banque de détail physique.
Choisir la Meilleure Banque

Comparez gratuitement et sans engagement plus de 160 banques en ligne et réseau en moins de 1 minute. Economisez jusqu'à 300€ sur vos frais bancaires

economisez jusqu'a 300€ sur vos frais bancaire
je trouve ma banque

Archives

back top