Le rythme de la reprise rassure les économistes français

économiste en travail

L’ampleur de la crise du Covid-19 a rendu les spécialistes assez pessimistes concernant la relance économique post-confinement. Finalement, la récession sera moins grave que prévu selon les économistes de la BdF (Banque de France). L’institution financière table sur un recul de 8,7 % pour cette année. Par ailleurs, elle estime que la croissance peut atteindre 7,4 % l’an prochain.

Au-delà du solde de son compte bancaire, le consommateur lambda tient compte de la sécurité de son emploi avant de dépenser. Compte tenu des effets de la crise sanitaire, le ralentissement de la consommation était prévisible dans l’Hexagone. Dans ce contexte, le redressement du marché du travail est incontournable pour assurer la relance économique du pays.

Quoi qu’il en soit, la Banque de France a récemment relevé des signes de reprise assez encourageants. En effet, la récession pour cette année se chiffre désormais à 8,7 %, contre 10,3 % selon les prévisions de juin dernier. Le gouvernement avait même anticipé une baisse de 11 % pour le PIB 2020.

Une issue dépendant du retour de l’emploi

Les analystes ont actuellement des difficultés à anticiper l’évolution de la consommation en raison des incertitudes liées à la situation sanitaire. Néanmoins, les revenus des Français ont été globalement préservés malgré la crise. La consommation a ainsi redémarré correctement, comme l’ont noté les économistes de la BdF.

Ce phénomène découle notamment des mesures exceptionnelles prises par l’État, à l’instar de l’activité partielle. Le directeur général des études et des relations internationales de la Banque de France, Olivier Garnier, commente :

En 2020, il y a eu une politique de la demande puisque les ménages ont supporté 10 % du coût de la crise alors qu'ils représentent 60 % du revenu national. [Ainsi,] aujourd'hui, le problème de la consommation n'est pas un problème de revenu, mais de confiance.

Olivier Garnier.

Dans la pratique, la reprise de la consommation dépendra foncièrement de l’amélioration du marché de l’emploi. Le pays aura toutefois besoin de temps pour rétablir la situation dans le domaine. Selon les experts, les opérateurs économiques créeront 725 000 emplois d’ici à fin 2022. Pourtant, 825 000 postes sont susceptibles de disparaître seulement cette année.

De leur côté, les entreprises ont su utiliser avec parcimonie les crédits disponibles pour surmonter la crise. Elles bénéficient ainsi d’une trésorerie suffisante pour maintenir leur activité, du moins sur le moyen terme.

Un pronostic plutôt optimiste

La reprise économique devrait être marquée l’année prochaine en France. En effet, le confinement est le premier élément à l’origine des résultats catastrophiques de l’exercice en cours. La BdF prévoit ainsi un PIB en hausse de 7,4 % l’an prochain, contre 6,9 % à la fin du premier semestre 2020. Toutefois, ces estimations ne tiennent pas compte du programme de relance gouvernemental.

Ce facteur a été ignoré en raison de la difficulté à anticiper les sommes débloquées par l’État jusqu’à l’année prochaine. Néanmoins, les chiffres de la BdF se révèlent particulièrement encourageants par rapport au pronostic pour les pays voisins. La BCE (Banque centrale européenne) prévoit notamment une croissance du PIB de 5 % en 2021 pour la zone euro.

Ainsi, la France se retrouve nettement au-dessus de la moyenne. Cependant, il faudra encore un peu de temps pour retrouver le niveau de croissance atteint avant la crise du Covid-19. Comme l’a indiqué aux Échos Olivier Garnier :

Nous allons mettre dix-huit mois à partir de maintenant pour retrouver le niveau de PIB de la fin 2019.

Olivier Garnier.

Par ailleurs, cette analyse reste sujette à caution en raison de l’incertitude de l’évolution de la conjoncture économique. En effet, une entreprise sur quatre manque encore de visibilité sur le retour à la normale de son activité, selon la BdF.

Choisir la Meilleure Banque

Comparez gratuitement et sans engagement plus de 160 banques en ligne et réseau en moins de 1 minute. Economisez jusqu'à 300€ sur vos frais bancaires

economisez jusqu'a 300€ sur vos frais bancaire
je trouve ma banque

Archives

back top