Les banques européennes veulent s’affranchir des solutions de paiements américaines

finances en Europe

Les géants américains Visa et MasterCard sont les leaders du marché des solutions de paiement sur le Vieux continent. Ce secteur est d’ailleurs largement dominé par des sociétés américaines, la faute à un manque de collaboration entre les établissements bancaires en Europe. La BCE a ainsi encouragé les enseignes concernées à y remédier.

L’European Payments Initiative (EPI) devrait être sur pied d’ici 2022. Ce dispositif se veut être une alternative à Visa et à MasterCard ainsi que leurs solutions de paiements largement répandus sur le Vieux continent.

Pour mener à bien ce projet, 16 banques européennes ont formé un consortium afin que la carte de paiement qui va avec soit accepté par le maximum de pays possibles sans avoir à ouvrir un compte bancaire. Leur but est simple: concurrencer les solutions de paiements américaines qui ont le monopole du marché en Europe. L’EPI sera intégralement basé sur des technologies européennes, elle intègrera notamment le virement SEPA instantané.

Une question de sécurité et de souveraineté européenne

L’aboutissement du projet EPI (European Payments Initiative) est une question de souveraineté selon les acteurs impliqués. En effet, Visa, MasterCard, mais aussi GooglePay et ApplePay sont les moyens de paiements les plus plébiscités sur le continent européen. Les professionnels du secteur déplorent ce constat, d’autant plus que cela a engendré une dépendance du système financier européen vis-à-vis de ces sociétés basées de l’autre côté de l’Atlantique, comme l’a souligné la banque centrale européenne. Cette dernière a déclaré que :

(NDLR : il y avait) une dépendance à leurs réseaux de paiement qui présente un risque de souveraineté technologique.

Consciente des effets néfastes que cela pourrait avoir, l’institution européenne a encouragé les enseignes bancaires locales à collaborer afin de mettre en place leurs propres solutions de paiement.

Parallèlement à ces risques de dépendance, la sécurité des données personnelles des citoyens européens constitue une autre problématique. En effet, lorsque l’on a recours à Visa ou MasterCard pour effectuer une transaction financière, les données de l’utilisateur sont stockées par ces sociétés américaines dans leur pays. Le risque que ces informations personnelles soient gérées par des compagnies non européennes accroit le risque de cybercriminalité.

Les banques européennes n’ont pas encore toutes adhéré

Seize banques ont ainsi consenti à travailler conjointement pour changer la donne, mais plusieurs pays et leurs établissements bancaires n’ont pas encore rejoint la cause. Les enseignes déjà adhérentes à cette initiative leur ont d’ailleurs lancé un ultimatum déclarant qu’ils avaient jusqu’à la fin de l’année pour se décider, sans quoi ils ne pourront bénéficier des services de ce nouveau dispositif. Un expert des réseaux monétiques a prévenu que :

L’EPI ne sera pas fonctionnel dans toute l’Europe ni chez tous les marchands. Si leur banque ne fait pas de l’EPI, ils ne proposeront pas EPI.

De plus, la concrétisation de ce projet nécessite un financement conséquent que devraient se répartir les acteurs impliqués.

Les tâches ont déjà été réparties, les six banques françaises ( BPCE, Crédit Mutuel, Crédit Agricole, BNP Paribas, Société Générale et Banque Postale) impliquées dans le projet auront la responsabilité de définir une structure de gouvernance et un cahier des charges d’ici neuf mois.

Choisir la Meilleure Banque

Comparez gratuitement et sans engagement plus de 160 banques en ligne et réseau en moins de 1 minute. Economisez jusqu'à 300€ sur vos frais bancaires

economisez jusqu'a 300€ sur vos frais bancaire
je trouve ma banque

Archives

back top