Le contexte post-Brexit oblige les banques britanniques à se séparer de certains clients

un homme tenant un drapeau britannique et européen

Le gouvernement britannique n’a pas encore finalisé les négociations post-Brexit jusqu’à présent. Pour le secteur bancaire, cette situation se traduit notamment par l’absence de règles applicables à ce domaine d’activité. Plusieurs établissements ont donc décidé de ne plus proposer leurs services aux Britanniques résidant sur le territoire européen, faute de cadre réglementaire adapté.

Tout compte bancaire domicilié au sein de l’UE est soumis à la réglementation européenne. Cette dernière est ainsi applicable à Paris, à Madrid ou encore à Berlin et dans tous les établissements implantés sur le Vieux Continent. En revanche, elle ne s’applique plus aux banques britanniques depuis le Brexit.

Actuellement, le Royaume-Uni traverse une période de transition particulièrement compliquée. Le pays a en effet perdu ses privilèges européens sans toutefois avoir adopté toutes les mesures de remplacement. Le cas des banques illustre parfaitement le problème. Concrètement, elles ne disposent plus de licences bancaires et de règles spécifiques pour exercer sur le territoire européen.

Des mesures préventives

Selon le dernier calendrier du Brexit, la période de transition prendra fin au 31 décembre prochain. Ainsi, les diverses règles européennes ne seront plus applicables au Royaume-Uni après cette date. De même, les établissements financiers britanniques ne disposeront plus de licences bancaires valides au sein de l’UE.

Dans le détail, les banques concernées tomberont dans l’illégalité si elles continuent de proposer leurs services à des clients résidant en Europe. Ce principe reste valable, même pour les citoyens britanniques vivant dans un pays membre de l’UE. Pour poursuivre leur activité sur ce territoire, ces établissements devront obtenir de nouvelles licences européennes ou attendre l’issue des négociations post-Brexit.

Par précaution, plusieurs banques ont décidé de ne plus servir les clients vivant au sein de l’UE à partir de fin 2020. Cette mesure a notamment été prise par de grandes enseignes telles que Barclays, Coutts et Lloyds. Les utilisateurs concernés ont déjà été prévenus selon le Sunday Times.

Les clients informés à l’avance

Face à cette situation, le Trésor britannique s’est contenté de rappeler l’obligation des banques envers leur clientèle. Les acteurs du secteur sont ainsi invités à traiter les propriétaires de compte de manière équitable. Ils devront également informer les clients au moment opportun pour leur donner la possibilité d’agir en conséquence. Cette décision relève de la stratégie commerciale des banques, selon l’institution.

Le groupe Lloyds envisage de fermer quelque 13 000 comptes avant la fin de l’année, si les négociations post-Brexit n’évoluent pas. Ses clients sont répartis dans de nombreux pays européens, notamment en Allemagne, en Italie, en Irlande, en Slovaquie et aux Pays-Bas.

De son côté, Barclays n’a pas communiqué le nombre de personnes concernées par les clôtures de compte post-Brexit. La banque s’est seulement engagée à informer les clients au préalable. Elle a également précisé que les délais de l’opération peuvent varier d’un compte à l’autre, en fonction des produits bancaires souscrits.

Choisir la Meilleure Banque

Comparez gratuitement et sans engagement plus de 160 banques en ligne et réseau en moins de 1 minute. Economisez jusqu'à 300€ sur vos frais bancaires

economisez jusqu'a 300€ sur vos frais bancaire
je trouve ma banque

Archives

back top