Nickel affiche de grand succès et compte encore avancer dans cette direction

capture ecran site Nickel

Créé il y a près de six ans, le compte Nickel a eu un effet boule de neige dans l’univers bancaire français. Et pour cause, son service sort des sentiers battus des banques, ne serait-ce que considérer la distribution de ses cartes de paiement auprès des buralistes. Et il n’est pas prêt de s’arrêter en si bon chemin.

« Réinventer le compte courant », tel est l’objectif principal des fondateurs de Nickel, surnommé le compte sans banque. Et si ses offres séduisent par leur originalité, leur forte compétitivité attire aussi les usagers bancaires, notamment ceux qui sont marginalisés dans le milieu. Ces derniers, il faut le reconnaître, ont toujours été les principales cibles de la Fintech.

Cela ne l’empêche pas pour autant d’ambitionner un mass-market beaucoup plus élargi que celui de ses congénères. Tout cela, parce qu’il dispose d’un réseau de distribution physique – composé de plusieurs milliers de buralistes qui ont tout intérêt à fournir le meilleur des services - tout en déployant des moyens digitaux et offrant également une très grande disponibilité de ses conseillers.

Mais surtout, parce que ses dirigeants s’activent pour répondre au mieux aux besoins en continuelle progression de leur clientèle. Dans ce sens, de nombreux projets sont en cours.

Un modèle économique original et efficace

Le compte Nickel a affiché un réel succès commercial depuis son lancement sur le marché en 2014. Pour ne dire que sa rentabilité des 2018, qui lui permet, entre autres, d’assumer son développement à une échelle plus grande, mais également d’assurer l’autofinancement de sa croissance au niveau international. À savoir, ses dirigeants prévoient de s’étendre sur sept autres pays d’ici quatre ans.

Un exploit qu’il doit à son modèle économique pour le moins original. Comme l’explique sa directrice déléguée, Marie Degrand-Guillaud, lorsqu’elle a été interrogée sur les raisons du succès de Nickel :

Nous avons voulu faire un produit qui est en rupture avec les propositions de l’époque.

Marie Degrand-Guillaud.

Cela se confirme également par ses 1,5 million de clients, qui ont accepté d’ouvrir un compte bancaire au cours de ses 6 années d’existence. Une clientèle qui est loin d’être figée puisque selon Marie Degrand-Guillaud :

Chez Nickel, nous avons la particularité de viser un mass-market qui est beaucoup plus large que les autres néo-banques du marché. Nous ne visons pas seulement le jeune actif urbain ultra-connecté, et nous avons mis en place des outils qui permettent à des gens moins digitalisés d’être à l’aise avec nos produits.

Marie Degrand-Guillaud.

Certes, à l’origine, les personnes en situation précaire, telles que les interdits bancaires ou celles ayant des chèques impayés ont été les principales cibles de la Fintech. Et elles représentent encore, à ce jour, le tiers de ses clients.

Le deuxième tiers étant des individus qui souhaitent maîtriser le coût de leur banque et profitent de la grille tarifaire simplifiée et transparente de la néobanque. Et le troisième s’agit des gens attirés par les services attrayants qu’offre cette dernière à travers sa carte (dépenses courantes, achats en ligne, transactions à l’étranger, etc.).

Un service digital, mais pas que

Les dirigeants de Nickel se veulent être novateurs. La preuve, ils travaillent continuellement sur de nouveaux produits en vue de répondre aux besoins évolutifs du marché. C’est dans cette vision que la nouvelle carte personnalisable (sur laquelle sera inscrit le nom du titulaire) verra très prochainement le jour.

Il s’agit d’un outil intermédiaire entre la carte de base et la Nickel Chrome. À Marie Degrand-Guillaud de souligner :

Ce produit a été imaginé en réponse à une réelle problématique de nos clients : certains commerçants sont déstabilisés par nos cartes bancaires de base, qui n’affichent pas le nom du titulaire. Hormis cette évolution, la nouvelle carte offrira les mêmes services que notre carte standard.

Marie Degrand-Guillaud.

Pour ce qui est des services, Nickel va bien au-delà de l’application mobile et de l’espace web sur ordinateur. Non seulement, il propose à ses utilisateurs les conseils avisés de ses conseillers bancaires, via un support téléphonique. Mais en plus, il met à leur disposition un réseau physique, grâce à quelque 5 500 buralistes disponibles 7 jours sur 7 et à un horaire décalé (de 6h à 22h).

À savoir, ces buralistes constituent même la colonne vertébrale de Nickel étant donné qu’ils sont omniprésents dans l’Hexagone et que dix millions de Français y passent.

De leur côté, les propriétaires des bureaux de tabac trouvent aussi leur compte dans cette affaire puisque cela leur permet de disposer de revenus complémentaires, compte tenu de la baisse de la consommation de tabac. D’autant qu’ils sont rémunérés en conséquence, pour chaque transaction réalisée à leur niveau. À titre d’exemples :

  • Une souscription requérant 20 euros est commissionnée à 3 euros ;
  • Un retrait d’argent coûtant 0,5 euro est commissionné à 0,23 euro.
Choisir la Meilleure Banque

Comparez gratuitement et sans engagement plus de 160 banques en ligne et réseau en moins de 1 minute. Economisez jusqu'à 300€ sur vos frais bancaires

economisez jusqu'a 300€ sur vos frais bancaire
je trouve ma banque

Archives

back top