La crise sert de tremplin à la valeur de l’or pour lui permettre d’atteindre des niveaux record

lingot et pièce d'or

La crise sert de tremplin à la valeur de l’or pour lui permettre d’atteindre des niveaux record. Pour le dire, il suffit de prendre en compte le fait que la première prouesse a été poussée par la crise financière de 2008 et que la toute dernière a été portée par celle liée à l’épidémie du coronavirus.

À la date du lundi 27 juillet dernier, le prix de l’or a atteint un niveau historiquement élevé après une tendance haussière qui s’est révélée depuis le début de l’année et le record enregistré en septembre 2011 en lien avec la crise financière prenant racine en 2008.

Tout cela pour dire que les périodes difficiles secouant le monde lui servent de levier renforçant sa valeur en précisant d’ailleurs qu’en cette crise sanitaire et économique engendrée par le coronavirus, il ne s’agit que le début d’une longue série de performance allant dans ce sens si l’on croit les observateurs.

Une tendance qui ne manquerait pas de profiter aux épargnants tricolores accordant de l’importance les investissements dans ce métal jaune qui y voient un créneau non négligeable.

La crise comme potion magique

Pour l’or, la crise est comme une potion magique permettant de décupler sa valeur. Pour en avoir la preuve, il faudrait regarder en arrière et prendre en compte le fait qu’en septembre 2011, alors que le monde était encore sous l’emprise de la crise financière qui a débuté en 2008, le cours de l’once (28,35 grammes) a touché la barre historique de 1 921,18 dollars.

Un niveau record désormais désuet près de dix ans après puisque le seuil des 1 944,71 dollars a été atteint le 27 juillet 2020 après une croissance de 25% enregistrée depuis début 2020. Un évènement qui intervient, alors que l’épidémie du coronavirus a engendré une crise à la fois sanitaire et économique au niveau mondial.

Et puisqu’il est question des conséquences de cette pandémie, les observateurs s’accordent à dire que cette tendance n’est pas près de s’estomper pour les inciter à penser que d’ici la fin de l’année, le prix de l’once aura atteint les 2 000 dollars et continuer dans ce sens pour s’élever à 3 000 dollars en 2021.

Une aubaine pour certains investisseurs

Selon les analystes, cette hausse du cours de l’or est une aubaine pour les investisseurs. Du moins, pour ceux qui l’achètent avec l’euro pour la simple raison que la dépréciation du dollar, la monnaie de référence sur ce marché, a rendu moins cher le prix de cette denrée rare pour les autres devises.

Ainsi, tout indique que les Français figurent en tête de liste de ceux qui seront les plus avantagés pour la simple raison qu’après l’immobilier, l’assurance vie et les dépôts sur compte bancaires, ils sont bien nombreux à privilégier les placements dans le métal jaune. Dans cette optique, il faut d’ailleurs préciser que ces derniers n’ont pas attendu longtemps pour profiter de ce créneau si l’on tient compte du fait que depuis janvier 2020, 622 tonnes d’or ont été achetées dont 111 tonnes rien qu’en début juillet.

En parlant des investisseurs tricolores, il est en outre utile de rappeler que la France se trouve à la quatrième place des pays cumulant une énorme quantité d’or dans sa réserve baptisée « La Souterraine » enfermant 2 436 tonnes en 2019 (78,3 millions d’onces). Soit, assez de stock pour permettre, théoriquement et très indirectement, à chaque Français de disposer de quelque 36 grammes d’or à son actif.

Un trésor qui aura tendance à se renforcer dans l’optique où pour atténuer les impacts de l’épidémie, la Réserve fédérale américaine s’entête à poursuive sa politique d’assouplissement monétaire à la source de la baisse de la valeur du billet vert.

Choisir la Meilleure Banque

Comparez gratuitement et sans engagement plus de 160 banques en ligne et réseau en moins de 1 minute. Economisez jusqu'à 300€ sur vos frais bancaires

economisez jusqu'a 300€ sur vos frais bancaire
je trouve ma banque

Archives

back top