La banque mobile part à la conquête des pays émergents

Personne utilisant un application de banque en ligne

La banque mobile n’est plus une exclusivité pour les pays développés. Désormais, les nations émergentes aussi peuvent en profiter. Des opérateurs financiers tels que Nubank, Banxy ou Orange Bank ont décidé de s’y investir et de conquérir ce marché porteur qui propose encore d’immenses perspectives. L’idée serait de lutter contre l’exclusion bancaire.

Dorénavant, le secteur bancaire des pays émergents est en train de prendre une nouvelle tournure pour se lancer dans la digitalisation. En effet, la banque mobile est en train de conquérir ce marché encore peu exploré.

L’objectif serait d’inclure ce système dans les mœurs des consommateurs afin d’optimiser la bancarisation qui est encore très faible dans ces nations. Aussi, les clients auront à leur portée un service qui leur fera profiter d’une gestion plus aisée de leur finance.

Dans ce domaine, des spécialistes du m-banking comme Banxy, Orange Bank et Nubank sont les premiers à investir le terrain. D’ailleurs, certains territoires les intéressent particulièrement.

Certains pays intéressent plus les banques mobiles que d’autres

Parmi les nations émergentes, certains pays attirent plus les banques mobiles que d’autres. Pour l’Algérie par exemple, la m-banque Natixis y voit un filon précieux en découvrant les 49,7 millions de lignes actives accompagné d’un taux de pénétration frôlant les 120%. Ainsi, cette filiale algérienne du groupe BPCE y a implanté récemment Banxy, un service 100% digital.

Nubank aussi est dans la course en investissant le terrain brésilien qui présente un potentiel énorme pour l’opérateur. En effet, ce territoire affiche un taux de pénétration élevé à 113% avec des lignes actives atteignant les 237,7 millions. Une opportunité qui a permis à cette néobanque de conquérir 3 millions de clients depuis son lancement en 2014.

Pour l’UEMOA (Union Economique et Monétaire Ouest Africaine), elle peut compter sur Orange Bank dans un proche avenir (fin 2018). Cette enseigne digitale y a flairé une affaire fructueuse en constatant les résultats positifs du secteur m-banking qui représente le quart (20%) du Produit Intérieur Brut (PIB) de la région.

Soit une marge bénéficiaire de près de 18 milliards d’euros en 2016. Dans ce domaine, il faut dire qu’Orange est un peu à la traine puisque le marché est déjà investi par différents opérateurs ainsi que BNP Paribas et Société Générale. La concurrence sera rude.

L’optimisation de la bancarisation comme objectif

Si les banques mobiles ont décidé de conquérir les pays émergents, c’est principalement pour optimiser la bancarisation qui y est encore à un niveau particulièrement faible.

Ainsi, les services financiers proposent essentiellement des produits de base pour séduire facilement les utilisateurs et les inciter à ouvrir un compte bancaire. Ces derniers peuvent, alors effectuer des dépôts ou des retraits d’espèces grâce à l’e-wallet.

Les transferts d’argent ainsi que les paiements de factures sont aussi à leur portée. Quoi qu’il en soit, d’autres prestations sont en pleine gestation. À Tidjane Deme de Partech Africa de préciser que :

Les Fintech continentales sont en train de construire des services financiers de plus en plus sophistiqués autour du mobile, allant jusqu’aux produits d’épargne, de crédit ou d’assistance.

Tidjane Deme.

Pour y parvenir, les opérateurs misent sur trois atouts :

  • La démographie en privilégiant les Millénials
  • L’essor de la technologie numérique faisant place à l’information et à la communication
  • La progression continue du niveau de couverture du réseau
Choisir la Meilleure Banque

Comparez gratuitement et sans engagement plus de 160 banques en ligne et réseau en moins de 1 minute. Economisez jusqu'à 300€ sur vos frais bancaires

economisez jusqu'a 300€ sur vos frais bancaire
je trouve ma banque

Archives

back top