La gestion du budget familial chez les couples français

couple tenant ensemble une tirelire en cochon

Bien que la communauté des biens séduise encore la majorité des couples français, la séparation des finances et le départage des dépenses ménagères devient davantage une pratique courante. Le jugement des observateurs, concernant ces comportements, semble divergent. Quoi qu’il en soit, les sentiments qu’éprouve le couple ne peuvent être jaugés par rapport à leur façon de gérer leur budget.

Régime de la séparation de biens ou de la communauté légale, le choix dépend des convictions du couple, tout comme les conjoints peuvent détenir des comptes bancaires séparés ou un compte commun. En France, 64% des couples préfèrent encore gérer ensemble leur finance.

Le reste ont adopté différents modes de gestion pour diverses raisons. Cela ne les empêche pas, cependant, de vivre en totale confiance pendant des dizaines d’années.

En effet, mise à part cette confiance, chacun d’entre eux peut agir indépendamment de l’autre. D’autant plus que garder des comptes séparés peut mettre à l’abri des éventuelles complications en cas de divorce.

Le comportement des couples par rapport à leur budget commun

D’après les chiffres communiqués par l’Insee (Institut national de la statistique et des études économiques), 64% des couples français optent pour le régime de communauté des biens et assument ensemble les dépenses de leur foyer. Toujours est-il que les modèles financiers changent avec le temps. Davantage de conjoints détiennent des comptes séparés. Selon la sociologue, Céline Bessière :

La montée progressive des comptes séparés est concomitante de l'indépendance juridique et économique des femmes, lesquelles ne peuvent ouvrir un compte seules que depuis 1965.

Céline Bessière.

Toujours d’après l’Insee, 20% des couples qui choisissent de ne pas mettre en commun leur finance départagent équitablement les sorties d’argent, même si les revenus de chaque conjoint peuvent parfois être différents. 50% d’entre eux, en revanche, s’acquittent des dépenses proportionnellement au salaire qu’ils perçoivent tandis que 16% des conjoints le font de façon approximative.

La plupart des époux déclarent ne pas trop spéculer sur le partage des dépenses du ménage, quel que soit le régime qu’ils ont choisi au moment de se mettre en couple. Ce comportement peut relever d’une confiance réciproque, comme l’atteste le psychothérapeute Jean-Paul Sauzède :

Ne pas en parler peut être une forme de confiance, mais aussi d'évitement: c'est une façon de ne pas se poser les questions. L'argent alimente certes des jeux de pouvoir. Pourtant, c'est un symptôme, mais jamais l'origine des problèmes des couples.

Jean-Paul Sauzède.

Les raisons de ces agissements et ce qu’en pensent les spécialistes

Le type des comptes bancaires détenus par un couple ne permet pas d’évaluer la sincérité de leur sentiment. 2 personnes peuvent partager leur vie et avoir des enfants communs sans pour autant mélanger leurs finances.

D’une part, cela pourrait être un besoin d’indépendance ou un moyen de préserver son conjoint face aux dépenses exubérantes que le couple puisse effectuer. D’après la loi, seule la signature d’un contrat de compte joint peut soumettre les deux parties à une responsabilité partagée.

D’autre part, garder des comptes séparés peut s’avérer une alternative aux inconvénients que pourrait engendrer l’ouverture d’un compte joint après le mariage, notamment l’existence des frais supplémentaires et les éventuelles confusions des cartes bancaires en cas de retraits ou de paiements.

Certaines personnes émettent toutefois des jugements hâtifs, tels qu’un manque de confiance ou un égoïsme vis-à-vis de l’autre. Le psychiatre Sylvain Mimoun contredit ces préjugés :

Il s'agit plutôt de confiance en soi et en l'avenir, car on ne peut pas savoir à l’avance de quoi demain sera fait. S'il y a eu un divorce dans la famille, avec une mère ou un père qui a eu l'impression de s'être fait avoir, ça retentit sur les enfants.

Sylvain Mimoun.

Parallèlement, Jean-Paul Sauzède explique que :

Nous sommes bercés par des mythes de fusion, sans doute liés à l'amour maternel. On aimerait faire à nouveau 1+1=1. Sauf qu'après la phase de fusion vient celle de la différenciation, où l'on se rend compte que l'autre n'est pas nous.

Jean-Paul Sauzède.

Choisir la Meilleure Banque

Comparez gratuitement et sans engagement plus de 160 banques en ligne et réseau en moins de 1 minute. Economisez jusqu'à 300€ sur vos frais bancaires

economisez jusqu'a 300€ sur vos frais bancaire
je trouve ma banque

Archives

back top