Le coût moyen d’un compte bancaire est en hausse de 2,2%

cartes de crédit et calculatrice

L’UFC-Que Choisir vient de publier son enquête exclusive sur les tarifs bancaires 2018. La sortie de ce sondage vient 2 mois après l’arrivée d’Orange Bank, la banque mobile du groupe de télécommunications Orange et près d’un an après l’entrée en vigueur du mandat de mobilité, des évènements supposés raviver la concurrence sur le marché bancaire.

Pour la 6ème année consécutive, les frais bancaires ont progressé à un rythme supérieur à celui de l’inflation. C’est le constat publié par l’association des consommateurs UFC-Que Choisir en début d’année.

Selon l’étude des brochures tarifaires des établissements bancaires jugés « particulièrement représentatifs de la diversité des offres et de la concentration du marché » par le CCSF, notamment parce qu’ils disposent de 53% de parts de marché sur le secteur, l’association dévoile que le coût moyen d’un compte bancaire est en progression de 2,2% par rapport à l’année précédente.

UFC invite ainsi les usagers bancaires à comparer les tarifs des établissements, afin de raviver la concurrence dans le secteur.

Les « excès bancaires » dénoncés par l’UFC-Que Choisir

L’étude réalisée par l’association des consommateurs UFC-Que Choisir dévoile que le coût moyen d’un compte bancaire a atteint 211 euros au 1er janvier 2018. Cela représente une hausse de 2,2% en une année, soit une progression trois fois plus rapide que l’inflation. Par ailleurs, cette progression du tarif bancaire est constamment en hausse depuis 2013.

Pour cette année, l’étude des brochures tarifaires de 22 établissements bancaires représentatifs démontre que ce phénomène touche également les titulaires de packages. En effet, le prix de l’offre classique a progressé de 2,5% en 2018, par rapport aux prestations facturées au détail.

Concernant ces prestations au détail, la hausse des tarifs est encore plus significative. On assiste à une hausse de 2% sur le coût des cartes internationales à débit immédiat. Les services réalisés en agence sont de plus en plus coûteux : progression de 17% pour l’initialisation d’un virement et +11% pour la remise d’un chéquier.

L’UFC constate également que les écarts de tarifs entre les banques sont considérables, selon le profil des usagers. En effet, la grille tarifaire varie de :

  • 1 à 6 pour le profil haut de gamme ou senior ;
  • 1 à 17 pour un actif ou pour l’utilisation standard d’un compte ;
  • 1 à 10 pour un usage intensif, notamment en cas de dépassement du découvert autorisé

À cette issue, un senior peut réaliser en moyenne 153 euros d’économie, un actif pourra en faire 168 euros, tandis qu’un familier du dépassement de découvert pourra mettre de côté environ 236 euros, en s’adressant à un établissement bancaire moins vorace.

En outre, l’association rajoute que les coutumiers du dépassement de découvert peuvent économiser jusqu’à 400 euros en optant pour une banque en ligne. Ces commissions d’intervention et ces agios sont 6 fois moins chers que chez les établissements de réseau.

Quant aux consommateurs qui ne répondent pas aux critères imposés par les banques à distance ou qui préfèrent les banques physiques, il leur est recommandé de faire jouer la concurrence. Comparer les établissements entre eux pourra rapporter jusqu’à 200 euros de gains de pouvoir d’achat.

Les bons réflexes pour réaliser des économies

Selon l’UFC, il existe plusieurs solutions qui permettent aux consommateurs en difficulté financière de réaliser des économies.

Le premier réflexe est de négocier le montant de la facilité de caisse. Avec l’accord de sa banque, l’intéressé pourra économiser en moyenne 17% des frais de dépassement de découvert, soit près de 70 euros par an.

En outre, un consommateur peut solliciter la remise totale ou partielle de ses frais bancaires, s’il apporte la preuve que sa situation financière s’est dégradée durant l’année. L’examen de ces sollicitations dans les meilleurs délais et de façon personnalisée fait partie des engagements des établissements bancaires vis-à-vis de leur clientèle.

En outre, les consommateurs en réelle difficulté financière peuvent ouvrir un compte bancaire et bénéficier de l’« offre spécifique ». Seulement 10% des consommateurs visés par ce dispositif en bénéficient, car elle n’est pas mise en avant par les établissements bancaires.

Or, cette solution est facturée au prix minimum de 36 euros par an et prévoit un plafonnement réduit des commissions d’interventions de 4 euros par opération, soit 20 euros par mois maximum.

Afin de garantir une réelle concurrence sur le secteur bancaire, l’association encourage les consommateurs à consulter leur récapitulatif annuel de frais bancaires de 2017. De cette manière, ils pourront connaitre le montant réel des frais qu’ils ont payé l’an dernier. Elle invite également les usagers à utiliser les outils de comparaison de tarifs bancaires en ligne.

Choisir la Meilleure Banque

Comparez gratuitement et sans engagement plus de 160 banques en ligne et réseau en moins de 1 minute. Economisez jusqu'à 300€ sur vos frais bancaires

economisez jusqu'a 300€ sur vos frais bancaire
je trouve ma banque

Archives

back top