Les ménages français estiment leur charge de remboursement de plus en plus lourde

Une femme qui fait des calculs

Si les conditions d’emprunt n’ont jamais été aussi favorables, 16 % des ménages français estiment que le remboursement de leurs crédits pesait lourdement dans leur budget en 2018. Un chiffre en augmentation par rapport à 2017 où leur part était de 14 %. Une situation qui risque de se répercuter sur le marché immobilier en 2019.

Une étude conduite par la FBF (Fédération bancaire française), se référant elle-même à une enquête réalisée par TNS-Sofres auprès de 13 000 ménages en novembre dernier, révèle que la part des Français estimant que la charge de leurs crédits est trop lourde a augmenté de 2 points par rapport à la même période en 2017.

En 2018, 47,8 % des Français, soit 14 millions d’individus, détenaient un crédit. Pour 9,2 millions d’entre eux, il s’agissait d’un prêt immobilier. La perception d’alourdissement des crédits risque cependant d’affecter le marché immobilier cette année. Les premiers chiffres sont d’ailleurs inquiétants et laissent présager une crise.

Retournement du marché immobilier en 2019

En 2018, 1 ménage sur 3 avait souscrit un crédit immobilier. Son encours total a atteint 1 003 milliards d’euros. Si les opportunités d’achat sont nombreuses, les conditions d’octroi des prêts allégées, les crédits renégociables et les taux d’emprunt revus régulièrement à la baisse depuis une décennie, le marché semble pourtant se retourner.

Une enquête réalisée par la FPI (Fédération des promoteurs immobiliers), représentant exclusivement les constructeurs de logements collectifs, confirme cette tendance. Le sondage montre que 10 000 à 15 000 unités en moins ont été vendues dans les logements collectifs neufs l’an dernier.

Entre novembre 2017 et novembre 2018, le nombre de permis de construire a baissé de 4,9 %. Par ailleurs, les mises en chantier ont reculé de 7,8 % au cours du dernier trimestre.

Le reflux des demandes de crédits immobiliers se profile et risque de dominer la trajectoire 2019. Il sera certainement suivi de la contraction de la dynamique du marché. Sur les 9 premiers mois 2018, le nombre de logements en vente a déjà chuté de 14 % à Lyon et à Bordeaux.

L’alourdissement de la fiscalité immobilière au fil des ans tel que la mise en place de l’IFI (impôt sur la fortune immobilière) ou la taxation des résidences secondaires vient s’ajouter à ce tableau.

Le remboursement des crédits est-il réellement devenu plus lourd ?

47 % des personnes interrogées au cours de l’enquête de la FBF considèrent supportable ou très supportable leur taux d'endettement. Un chiffre en baisse par rapport à 2017 et à 2016 où leur part était respectivement de 50 % et de 49 %.

Quant aux sondés estimant la charge de leur emprunt élevée mais supportable, leur proportion reste stable, variant entre 36 % et 37 % de 2016 à 2018. Le sentiment d’alourdissement du remboursement peut pousser les emprunteurs à chercher un nouvel établissement prêteur. Il faut cependant savoir qu’il n’est pas permis de changer de banque lorsqu’un crédit immobilier est en cours.

Selon Michel Mouillard, l’économiste en charge de l’enquête, il existe un fossé entre la réalité et le ressenti des Français. Il indique :

« Qu'on prenne les crédits immobiliers ou les crédits à la consommation, on n'a aucun élément qui permette d'objectiver ce qui pourrait ressembler à un alourdissement des charges de remboursement ».

Michel Mouillard.

Ce sentiment par rapport aux crédits est d’ailleurs assez surprenant étant donné les conditions d’emprunt propices. Ce contexte est notamment alimenté par la politique favorable de la BCE, le niveau d’inflation et la concurrence entre les banques qui se disputent la clientèle. Un fait peut toutefois expliquer la perception des ménages. 48 % des sondés pensent en effet que leur situation s’est un peu ou nettement dégradée en 2018, soit 9 points de plus par rapport à 2017.

Choisir la Meilleure Banque

Comparez gratuitement et sans engagement plus de 160 banques en ligne et réseau en moins de 1 minute. Economisez jusqu'à 300€ sur vos frais bancaires

economisez jusqu'a 300€ sur vos frais bancaire
je trouve ma banque

Archives

back top