HSBC prend des mesures pour maîtriser ses coûts

Logo de la banque HSBC

Mark Tucker, qui préside HSBC, informe qu’il est temps pour la banque de saisir les opportunités qui s’offre à elle, de manière à affronter les défis qu’impose l’environnement international. En effet, le groupe bancaire britannique a décidé, avec le consentement du conseil d’administration, d’opérer des changements radicaux visant à faire face aux problématiques d’ordre géopolitique et macroéconomique.

Les résultats du groupe d’influence mondiale HSBC sur le premier semestre 2019 indiquent une augmentation du bénéfice net de 18,6 %. Pour autant, le Management n’a pas l’esprit tranquille.

Les conséquences du Brexit demeurent incertaines, tandis que la mésentente entre les deux grandes puissances commerciales que sont les États-Unis et la Chine inquiète.

Par ailleurs, le recul des taux en cours de l’autre côté de l’Atlantique fait baisser les recettes de la banque par rapport aux crédits accordés. Face à ces défis pluriels susceptibles d’influer sur ses revenus, l’établissement bancaire est amené à contrôler ses dépenses et ses investissements. Que prévoit-il ?

2 % d’effectifs en moins à côté de la récompense à accorder aux actionnaires

Pour que la banque HSBC puisse assurer sa croissance après des années de réorganisation, l’ancien dirigeant John Flint a voulu mettre en œuvre un programme d’investissement. Il totalise 17 milliards de dollars. Mais les perspectives ne sont plus les mêmes. D’ailleurs, Nicholas Hyett, qui travaille chez Hargreaves Lansdown en tant qu’analyste, indique que le conseil d’administration pourrait opter pour des réformes plus extrêmes.

Alors que l’action du groupe bancaire a baissé de 1,32 % à 637,60 pence le 5 août dernier, HSBC a annoncé qu’il lancera bientôt un plan de rachat d’actions. Le montant s’élève à un milliard de dollars au plus. Il s’agit de primer les actionnaires.

Par ailleurs, les effectifs seront portés à la baisse dans le cadre de l’application du programme de restructuration. Ewen Stevenson, le directeur financier de la banque précise que cette mesure consistera à remercier 4 000 employés sur les 200 000 personnes qui y travaillent. Si ces congédiements feront dépenser au groupe 650 à 700 millions de dollars cette année, ils permettront de libérer 4 % du montant intégral des rémunérations.

Le programme de restructuration porte notamment sur les postes à responsabilité

En même temps que l’annonce du plan de réorganisation destiné à maîtriser les charges, HSBC a fait part du départ de John Flint, l’ancien directeur général du groupe. L’enseigne n’a pas manqué de souligner que le conseil d’administration a consenti à ce que le patron quitte ses fonctions, tout comme l’intéressé lui-même.

Ce dernier a servi les intérêts de l’établissement pendant moins de deux ans. Envisage-t-il un changement de banque ou prendra-t-il sa retraite ? L’ex-directeur général explique :

« J'ai estimé, comme le conseil d'administration, que les bons résultats provisoires d'aujourd'hui indiquent que c'est le bon moment pour un changement, pour moi et pour la banque ».

John Flint.

HSBC a omis de formuler des explications concrètes sur ce brusque départ. Mark Tucker a toutefois avancé que cette décision n’était nullement la résultante d’un éventuel désaccord, que ce soit sur le fonctionnement du groupe ou pour une raison personnelle.

L’établissement bancaire recherche actuellement un remplaçant aussi bien à l’extérieur qu’au sein même du groupe. Quant à l’intérim, il sera assuré par le responsable de la division banque commerciale, nommé Noel Quinn.

Choisir la Meilleure Banque

Comparez gratuitement et sans engagement plus de 160 banques en ligne et réseau en moins de 1 minute. Economisez jusqu'à 300€ sur vos frais bancaires

economisez jusqu'a 300€ sur vos frais bancaire
je trouve ma banque

Archives

back top