Les banques classiques doivent évoluer pour réduire l’écart avec la concurrence

un professionnel bancaire en pleine discussion

Les institutions bancaires classiques se sont retrouvées dans une situation délicate face à la montée en puissance des néobanques, des banques 100 % en ligne et des start-up spécialisées dans la Fintech. Elles doivent donc se réinventer et revoir leur modèle économique. Il est également impératif de repenser l’ensemble de l’expérience client, un des premiers atouts de la concurrence.

L’univers de la banque a longtemps été préservé des grandes transformations touchant différents secteurs d’activité et provenant de l’évolution des habitudes de consommation. Cette industrie est actuellement sur le point de changer en profondeur, avec l’arrivée imminente de l’Open Banking initié par la directive DSP2. Les banques classiques doivent ainsi se démarquer rapidement de la concurrence.

Selon les observateurs, cette réforme remet en question les limites structurelles définissant ce marché. En effet, la valeur liée historiquement aux banques sera désormais accessible aux nouveaux acteurs du secteur comme les prestataires de paiement. Il devient donc urgent d’anticiper la situation et de mettre à profit ce contexte propice au partage.

De nouvelles stratégies pour assurer son avenir dans le secteur

Dès leur apparition, les Fintech comme les néobanques ont créé leurs produits et services en se référant aux nouveaux usages des consommateurs. Les banques classiques doivent donc trouver des solutions concrètes afin de rattraper leur retard sur le plan stratégique et surtout technologique.

Pour ce faire, de nombreux établissements ont décidé de collaborer avec les jeunes pousses. Ainsi, les banques font actuellement partie des premiers partenaires des start-up dans les projets basés sur l’intelligence artificielle.

Les institutions financières traditionnelles s’efforcent également de travailler avec des acteurs spécialisés dans diverses activités connexes afin de former un réseau de partenariat solide. De ce fait, selon une étude publiée par Accenture, trois quarts des banques en Europe développent désormais leur stratégie globale autour de l’Open Banking.

Toutefois, pour mener à bien ces initiatives, les banques sont obligées de surmonter certaines difficultés inhérentes à leur structure et à leur organisation. En effet, elles reposent le plus souvent sur un système préexistant, complexe et assez rigide limitant leur capacité à travailler avec d’autres établissements.

D’autre part, les acteurs du secteur devront être en mesure d’interagir efficacement avec leurs partenaires, via des API sécurisées, pour créer conjointement de nouveaux services. Comme l’explique le Co-Fondateur et CEO de Moskitos, Bertrand Masson :

« Les API et le concept global de l’Open Banking ont pour effet direct de désiloter les systèmes et de découpler front office et back office. Une voie royale pour relier les technologies de pointe au système historique et pour développer des applications en ligne avec les attentes des clients ».

Bertrand Masson.

Une ouverture dictée par les nouveaux besoins des clients

Pouvant changer de banque à souhait, les clients sont désormais plus exigeants. Les banques doivent donc revoir leur prestation en s’adaptant à cette nouvelle conjoncture. Les attentes des consommateurs ont par ailleurs changé depuis quelques années. Ils sont notamment habitués à l’instantanéité, à la praticité et à la fluidité des services mobiles.

Aujourd’hui, la moitié des Français sont disposés à basculer vers une banque en ligne d’après un sondage Deloitte. Ils sont d’ailleurs 69 % à effectuer des transactions bancaires en ligne et près de 29 % à se servir de l’application de leur banque. Logiquement, dans ce contexte, l’expérience utilisateur devient décisive dans l’acquisition et la fidélisation des clients.

Les utilisateurs souhaitent aussi avoir accès à des services digitaux innovants et totalement intégrés. Dans la pratique, un investisseur immobilier devrait, par exemple, présenter un prêt avantageux, tout en fournissant un accompagnement sur-mesure aux propriétaires pour trouver des locataires, des conseils fiscaux, etc.

De même, un entrepreneur apprécierait grandement une assistance personnalisée pour sa comptabilité, pour la facturation ou les devis, etc. Il s’agit en somme d’une plus-value non négligeable pour le prestataire de service et d’un atout indéniable aux yeux des utilisateurs.

Dans le cadre de cette démarche, l’Integration-as-a-Platform (iPaaS) facilitera concrètement l’ouverture des structures existantes. Grâce à ces systèmes d’intégration au Cloud, les banques ne seront plus contraintes de créer une passerelle pour le transfert de données à chaque nouvelle collaboration. Elles gagneront ainsi en flexibilité pour créer de nouveaux services et répondre au mieux aux besoins de la clientèle.

Choisir la Meilleure Banque

Comparez gratuitement et sans engagement plus de 160 banques en ligne et réseau en moins de 1 minute. Economisez jusqu'à 300€ sur vos frais bancaires

economisez jusqu'a 300€ sur vos frais bancaire
je trouve ma banque

Archives

back top