Maroc réussit haut la main sa collecte de fonds massive pour gérer les répercussions du Coronavirus

dirhams marocains

Trois milliards d’euros, c’est ce qu’a réuni le Royaume chérifien en moins d’une semaine pour contribuer à la gestion de l’épidémie du Coronavirus. Et l’on peut dire que c’est grâce à l’apport de différents acteurs. La preuve que tous se sentent concernés, d’autant que c’est le monarque lui-même qui enjoint la population à se tenir les coudes pour affronter ensemble la tempête.

Le coronavirus continue à se répandre sur toute la planète, n’épargnant aucun continent et touchant 180 pays et territoires. Sa vitesse de contamination et son taux de létalité sont tels que presque toutes les nations ont aujourd’hui pris des mesures pour le moins rigoureuses dans l’espoir de maîtriser la pandémie.

Une disposition que le Maroc a adoptée précocement, son bilan semblant toutefois quelque peu affligeant avec, aux dernières nouvelles, 676 cas confirmés et 39 décès. Ce qui est certainement bien loin des statistiques de ses voisins européens.

Quoi qu’il en soit, le Royaume se tient prêt à gérer cette crise sanitaire, notamment en réussissant haut la main une collecte de fonds massive. Soutenir l'économie nationale, maîtriser les impacts sociaux, gérer les besoins et répercussions sanitaires de l'épidémie… Tels sont les objectifs de cette chaîne de solidarité.

Des mesures de restriction draconiennes mises en œuvre

676, tel est le nombre de cas confirmés au Maroc, au 2 avril dernier. Un nombre qui n’a eu de cesse de se décupler si on le compare ne serait-ce qu’avec la statistique dix jours auparavant qui se tablait à 115 contaminations. Et dire qu’au 15 mars dernier, les sujets positifs recensés étaient seulement 28. La preuve que l’épidémie se répand, à un rythme vertigineux, dans le Royaume.

Quoique le cas de ce dernier ne soit pas aussi alarmant face à ce que subissent, à l’heure actuelle, certains pays de l’Europe, dont l'Italie (105.792 cas) et l'Espagne (95.923 cas). Sans oublier les États-Unis (189.633 cas). Par ailleurs, en comparaison avec le bilan global où l’on compte en début de ce mois 861 000 personnes contaminées et 42 000 décès, le sien paraît quelque peu minime (0,07%).

Ce qui n’empêche pas son gouvernement de déclarer l'état d'urgence et d’enclencher un confinement général pour un mois, du 20 mars au 20 avril bien que d’autres mesures drastiques s’y sont précédées, à savoir :

  • Barricade des frontières ;
  • Fermeture des mosquées, des écoles et des universités ;
  • Suspension d’activité des commerces jugés non essentiels.

Tous les citoyens apportent leur part de brique à la nation

Le 15 mars 2020 est à marquer d’une pierre blanche pour les Marocains suite à la mise en place d’un fonds spécial par le roi Mohammed VI. Destinée à la gestion de la pandémie, cette collecte a atteint les trois milliards d’euros alors qu’elle s’estimait à près d’un milliard, soit dix milliards de dirhams, une semaine auparavant.

Il faut dire que les outils pour réunir la somme n’ont pas manqué. Ne serait-ce que de considérer l’existence d’un compte bancaires ouvert spécifiquement pour le dépôt de dons à titre individuel, au nom du Trésorier ministériel auprès du ministère de l'Économie, des Finances et de la Réforme de l'administration. S’ensuit le service SMS opérationnel depuis le 21 mars pour permettre à tous les citoyens d’octroyer 10 dirhams par SMS pour la cause.

L’objectif de la collecte étant simple, celui d’assurer la capacité du royaume à bien gérer les impacts de l’épidémie, que ce soit sur le plan social, sanitaire et économique. C’est ce qu’un communiqué du cabinet royal affirme d’ailleurs :

Soutenir l'économie nationale, notamment en termes d'accompagnement des secteurs vulnérables aux chocs induits par la crise du coronavirus, tel que le tourisme, ainsi qu'en matière de préservation des emplois et d'atténuation des répercussions sociales de cette crise.

Et pour donner l’exemple, le souverain a versé deux milliards de dirhams en guise de premier don. C’est ce qu’ont suivi les citoyens, tous statuts sociaux confondus :

  • Institutions d'État ;
  • Entreprises d’envergure ;
  • Parlementaires ;
  • Hauts fonctionnaires ;
  • Simples salariés ou gradés ;
  • Personnalités publiques.

À savoir, certains gestes ont été même des plus honorables puisqu’un mois de salaire ou d’allocation y était passé pour :

  • Les membres du gouvernement ;
  • Les walis ;
  • Les gouverneurs ;
  • Les officiers supérieurs des Forces armées royales ;
  • Les généraux et colonels-majors ;
  • Toutes les composantes : terre, air, mer ;
  • La gendarmerie royale ;
  • Les membres des deux Chambres du parlement.
Choisir la Meilleure Banque

Comparez gratuitement et sans engagement plus de 160 banques en ligne et réseau en moins de 1 minute. Economisez jusqu'à 300€ sur vos frais bancaires

economisez jusqu'a 300€ sur vos frais bancaire
je trouve ma banque

Archives

back top