Les tendances en matière de fraude au paiement évoluent

Jeune femme utilisant un distributeur de billets

Les chiffres de la Banque de France ont fait état d’une baisse du nombre des fraudes au paiement entre 2020 et 2021. D’après les explications données par le gouverneur de cette institution monétaire, ce recul est dû à la mise en application de l’authentification forte pour les opérations de paiement en ligne.

Toutefois, ce dernier a également indiqué que les tendances en matière de fraude au paiement ont changé : les criminels recourent davantage à la manipulation. Selon le constat de la Banque de France, ils usurpent les numéros des agences bancaires et essaient de convaincre leurs victimes de transmettre des informations leur permettant d’utiliser à distance leurs cartes ou de détourner des sommes dans leurs comptes.

7,5 millions d’opérations frauduleuses en 2021

Important La mise en application de l’authentification forte a fait passer le nombre d’opérations frauduleuses de 7,8 millions à 7,5 millions en un an.

Les pertes résultant de telles « déprédations » ont également enregistré une baisse en 2021 par rapport à l’année précédente. Elles se sont élevées à 1,24 milliard d’euros contre 1,28 milliard d’euros en 2020.

À noter que la réglementation exige que la finalisation d’une transaction en ligne se fasse avec la validation d’au moins 2 éléments d’identification personnelle. En plus des informations de « login » censées être sécurisées (cryptogramme, mot de passe, etc.), l’utilisateur doit saisir un code secret ou se servir de ses données biométriques.

ImportantSi la carte demeure le moyen de paiement le plus sujet à la fraude (92 %), près de 40 % du « coût » global lié aux fraudes se rapportent à l’utilisation de chèques.

Et un peu moins d’un quart des sommes détournées par les escrocs ont été effectués par virement.

Les victimes peinent à obtenir remboursement

Les victimes de fraudes au paiement peinent généralement à obtenir des remboursements. En effet, ces dernières avancent comme argument pour ne pas rembourser leurs clients une négligence grave, lesquels ne savent plus vraiment que faire dans le cas présent.

De son côté, l’association de défense des consommateurs UFC-Que Choisir a déjà porté plainte contre une dizaine d’établissements bancaires pour pratiques commerciales trompeuses, notamment pour refus de remboursement des montants concernés par des fraudes bancaires.

La Banque de France compte de ce fait éclaircir la zone d’ombres en ce qui concerne les conditions de remboursement des victimes de détournement sur leurs comptes courants.

Quel est votre banque actuelle ?

Banque populaire Caisse d’épargne Crédit Agricole

Archives