Le Smartphone entraîne des bouleversements du secteur bancaire

Usage de smartphone et de carte de crédit

L’évolution de l’industrie bancaire tend vers le service 100% mobile, sans agence. C’est d’ailleurs le défi que se sont lancé les établissements bancaires de nouvelle génération appelés « néo-banques », suivis de près par les grands réseaux comme Orange ou Carrefour. Aujourd’hui, les premières offres sont disponibles sur le marché.

Le Smartphone est devenu un accessoire incontournable du quotidien des Français. Aujourd’hui, il est même possible de consulter son solde bancaire dessus. Ce geste est une preuve que les utilisateurs apprécient et trouvent pratiques les services bancaires à distance. De nombreuses startups bancaires se sont emparées de ce comportement comme d’un levier d’accélération de leur développement.

Elles ont ainsi lancé les premières offres de comptes de paiement qui pourront s’adapter aux Smartphones. Pratique et utile, il suffit de quelques clics pour accéder à son compte bancaire.

C’est ainsi que les banques de nouvelle génération et les grands réseaux s’y sont penchés de près. Toutefois, ces services sont très limités, du fait que ces néobanques ne proposent qu’un compte à vue, sans plus.

Gestion de compte bancaire via mobile, pratique et simple d’utilisation, mais limitée

Anytime, Lydia, N26 ou encore Morning, tous des néobanques qui comptent révolutionner les services bancaires. Elles proposent toutes des cartes de paiement internationales, appareillées à une application mobile de gestion de compte. Si ce service est très apprécié, c’est bien grâce à sa simplicité d’utilisation.

Cette initiative intéresse également les grands groupes : Carrefour avec son compte C-zam, bientôt rejoint par Orange et SFR-Altice.

Selon un professionnel du secteur bancaire,

Le client fait tout et les machines font le reste, souligne Guillaume Clavel, président du comparateur Panorabanques.com. Ces acteurs arrivent sur le marché avec des propositions de tarifs très compétitifs. L’offre de base de N26 ne coûte rien si vous l’utilisez pour des paiements en zone euro ou en devises.

Ces offres ont pourtant leurs limites, surtout à cause du cadre juridique de la structure. Un expert d’expliquer :

Elles ne permettent pas de disposer d’un chéquier, un problème pour beaucoup de Français attachés à ce moyen de paiement. Ni d’avoir un compte à découvert. La plupart n’ont pas le statut de banque de plein exercice. En tant qu’établissements de paiement, ils n’ont pas le droit de vous faire crédit

Absence de certains services bancaires de base, handicap des néobanques

Les banques de nouvelle génération affichent un important handicap comparées aux établissements classiques et aux banques en ligne, leur offre se limite au compte courant. Pourtant, selon les experts

Les clients ont besoin que leur établissement de référence réponde à l’ensemble de leurs besoins financiers. L’usager d’une banque cherche aussi à épargner et à emprunter. Le cas de Boursorama par exemple, l’enseigne propose outre la banque au quotidien, des services d’épargne, de Bourse et de prévoyance et de crédit.

Nous avons vocation à étendre notre offre à tous les segments, avec pour objectif d’apporter un réel bénéfice pour l’utilisateur, alliant simplicité, transparence et tarification compétitive.

Jérémie Rosselli, un responsable de N26.

En outre, pour utiliser à bon escient cette application de gestion de compte, il est nécessaire d’être très autonome et technophile, ce qui n’est pas toujours le cas de tous les clients. Quant aux tarifs que les néobanques proposent, certes, ils sont plus abordables que ceux appliqués par les banques classiques, mais ne sont pas moins chers que chez les banques en ligne.

 

Choisir la Meilleure Banque

Comparez gratuitement et sans engagement plus de 160 banques en ligne et réseau en moins de 1 minute. Economisez jusqu'à 300€ sur vos frais bancaires

economisez jusqu'a 300€ sur vos frais bancaire
je trouve ma banque

Archives

back top