Comment éviter et contourner les frais bancaires cachés pour les entrepreneurs et les TPE?

un professionnel en train de s’occuper de la gestion de ses frais bancaires

Pour un entrepreneur, un freelance ou un gérant d’une petite société, bien choisir son établissement bancaire n’est pas tâche facile. Les frais bancaires liés au compte professionnel sont souvent mal exposés par les banquiers, voire intentionnellement dissimulés. Pourtant, cela pèse lourd sur les finances et le développement des activités de ces professionnels.

Depuis quelques années, le nombre des travailleurs indépendants dans l’Hexagone a multiplié, avec l’accroissement de l’économie collaborative. Pour l’année 2017, près de 2,8 millions des Français, soit 10,6% de la population active, auraient opté pour le statut d’indépendant, selon les statistiques émises par le HCFi-PS (Haut Conseil pour le financement de la protection sociale).

L’INSEE, quant à lui, d’annoncer que la France regrouperait plus de 2 millions de TPE. Ces travailleurs indépendants sont des cibles de choix pour les établissements bancaires. En effet, souvent à leur insu, les banques les prélèvent plus de frais bancaires qu’annoncés.

Un indépendant devra ainsi être minutieux et vigilant dans le choix de sa banque et le compte qu’il ouvre.

Entreprendre une négociation directe sur le montant des frais

Être indépendant ou gérer les comptes de sa société soi-même nécessite la possession de deux comptes bancaires distincts : un compte personnel et un compte professionnel. Le fait d’opter pour un « compte professionnel » n’est pas une obligation, s’agissant d’un terme utilisé à des fins commerciales.

L’essentiel c’est que les indépendants détiennent un compte courant dissocié de leur compte principal. Seuls les freelances en entreprise individuelle sont exemptés de cette obligation.

Or, posséder deux comptes bancaires signifie payer davantage de frais. Le public n’est pas sans savoir que les frais bancaires liés aux comptes professionnels sont plus onéreux que ceux relatifs aux comptes courants personnels.

En outre, en France, les frais bancaires ont connu une hausse de 1,16% en moyenne annuelle, selon une étude réalisée par un quotidien. Aujourd’hui, la rentabilité des établissements bancaires concerne principalement la facturation des services quotidiens, et non plus sur l’activité de crédit.

En 2016, selon l’Observatoire des tarifs bancaires du CCSF (Comité consultatif du secteur financier), 90% des banques en France auraient facturé les tenues de compte, contre plus de 50% en 2014. Cette situation s’explique par le fait que ces établissements financiers établissent eux-mêmes leurs tarifs.

Afin de mieux choisir sa banque, il est conseillé pour un travailleur indépendant de rester vigilant à chaque étape de la recherche, à commencer par la comparaison des offres bancaires.

Sur les sites, les services bancaires sont, la plupart du temps annoncés en HT. Pour connaitre le montant réel à payer, il faut ajouter 20% (taux de la TVA) au montant affiché.

Une fois la banque choisie, il reste à vérifier minutieusement les relevés de compte. Il n’est pas rare que les banques glissent des frais imprévus dans la facture.

Si c’est le cas, la meilleure solution serait de contacter directement son banquier.

En tant que fournisseur de services parmi tant d’autres, les établissements bancaires restent toujours ouverts aux négociations. Par ailleurs, pour les mener à bien, le client doit être un bon payeur et savoir faire jouer la concurrence.

Identifier et évaluer le montant réel des frais de tenue de compte professionnel

En moyenne, les professionnels dépensent entre 288 euros et 420 euros chaque année, en frais de gestion de « compte professionnel », soit entre 24 euros et 35 euros en frais mensuels (prélevés par trimestre).

À ces frais de gestion s’ajoutent divers frais liés à la consultation du compte sur Internet et la réception des relevés chez soi, ainsi qu’une commission de mouvements, dont le calcul s’effectue sur la totalité des opérations passées au débit du compte (frais de paiements, de retraits, de virements et de prélèvements émis). Ces frais sont également prélevés chaque trimestre, avec un pourcentage variant entre 0,0025% et 0,20%, selon les banques.

En fin de compte, la note totale à payer par les travailleurs indépendants s’élève en moyenne entre 480 euros et 600 euros par an.

Quant aux frais annexes, un travailleur indépendant devra payer :

  • 46 euros à 63 euros par an pour une carte différé classique, et 130 à 220 euros pour une carte haut de gamme ;
  • 100 euros pour solliciter un découvert, et 200 euros de frais en moyenne annuelle ;
  • 25 euros à 57 euros en cotisations annuelles pour faire assurer la carte bleue ;
  • Entre 55 euros à 182 euros en moyenne pour clôturer un compte bancaire professionnel.
  • 46 euros à 63 euros par an pour une carte différée classique, et 130 à 220 euros pour une carte haut de gamme ;
  • 100 euros pour solliciter un découvert, et 200 euros de frais en moyenne annuelle ;
  • 25 euros à 57 euros en cotisations annuelles pour faire assurer la carte bleue ;
  • Entre 55 euros à 182 euros en moyenne pour clôturer un compte bancaire professionnel.
Choisir la Meilleure Banque

Comparez gratuitement et sans engagement plus de 160 banques en ligne et réseau en moins de 1 minute. Economisez jusqu'à 300€ sur vos frais bancaires

economisez jusqu'a 300€ sur vos frais bancaire
je trouve ma banque

Archives

back top