Les avantages et les risques d’un compte commun

Un couple discutant des termes d'un compte bancaire en commun avec un banquier

Pratique pour gérer les finances du ménage, le compte joint ne se limite toutefois pas au simple compte courant. La formule peut en effet être appliquée à un livret d’épargne ou encore à un compte-titres. Nombreux sont les atouts de gestion offerts par ce compte. Toutefois, il faut également le manier avec précaution étant donné que le compte commun impose certaines responsabilités.

La mise en commun des ressources est une façon pour le couple de se donner l’illusion que l’argent ne posera pas problème déclare Sandra Hoibaian, Directrice du Pôle Évaluation et Société du CRÉDOC. Cette dernière a mené une étude qui révèle que 64% des couples (près de deux couples sur trois) mettent l’intégralité de leurs revenus en commun.

Pour cela, ils ouvrent le plus souvent un compte joint. Les statistiques en témoignent étant donné que 85% des couples qui ont deux enfants disposent d’un compte bancaire fonctionnant au nom de plusieurs titulaires. Par ailleurs, la moitié (51%) des couples sans enfant en possèdent un.

L’étude souligne toutefois que même si les couples détiennent un compte joint, ils ne mettent néanmoins pas tout en commun. En effet, certains ne versent sur celui-ci que les fonds alloués aux dépenses du ménage et chaque membre du couple détient un compte personnel.

Les particularités du compte commun

Si la plupart des couples ouvrent un compte joint pour financer les dépenses du ménage, ce compte peut s’avérer fort utile dans d’autres situations.

C’est notamment le cas lors d’un remboursement d’un prêt immobilier à deux. La formule peut également être appliquée à un livret d’épargne ou à un compte-titres.

Mariés, pacsés ou concubins, de même sexe ou de sexe différent, tout le monde peut accéder à ce compte commun. Une fois celui-ci ouvert, les cotitulaires peuvent individuellement le faire fonctionner et engager la totalité des fonds qui y figurent. Chaque cotitulaire a ainsi le droit, sans l’accord de l’autre, d’effectuer un paiement avec une carte bancaire, de signer un chèque, d’initier un virement.

Les risques du compte commun

Si la détention d’un compte joint offre des avantages, elle génère aussi toutefois certaines responsabilités.

Les cotitutaires sont en effet solidairement responsables du compte dans le sens où les dettes et les incidents de paiement occasionnés par l’un engagent la responsabilité de l’autre. Ainsi, si la première personne émet un chèque sans provision, la seconde encourt avec elle le risque d’une interdiction bancaire.

Les choses se compliquent en cas de séparation du couple où cette responsabilité devient très lourde. Dans une telle circonstance, il est judicieux de fermer le compte ou de s’en désolidariser.

Alix de Renty, banquier privé chez la banque d’investissement Oddo & Cie et cofondatrice de The Ladies Bank, indique qu’

il est vivement conseillé de conserver un compte propre en plus du compte commun. Cela permet d’éviter les difficultés en cas de séparation ou au décès du conjoint.

Alix de Renty

Il faut noter que si l’un des titulaires venait à décéder, le compte joint n’est pas bloqué sauf dans le cas où les héritiers du défunt, notamment les enfants d’un premier lit, en font la demande.

Choisir la Meilleure Banque

Comparez gratuitement et sans engagement plus de 160 banques en ligne et réseau en moins de 1 minute. Economisez jusqu'à 300€ sur vos frais bancaires

economisez jusqu'a 300€ sur vos frais bancaire
je trouve ma banque

Archives

back top