Impact de la loi Macron sur la mobilité bancaire, encore incertain d’après les spécialistes du secteur

Banquier et client expliquant les principes de la mobilité bancaire

Les nouveaux acteurs du marché bancaire misent énormément sur le dispositif Macron pour attirer leurs premiers clients. Pour rappel, cette loi simplifie la mobilité bancaire en reportant la charge des formalités associées au changement de banque à l’établissement d’arrivée, et ainsi libérer les clients de démarches parfois complexes. L’enthousiasme du début a cependant cédé la place à de la frustration. Pour cause : les transferts de comptes prennent plus de temps que prévu.

Une augmentation des demandes de transfert de compte

Selon Frédéric Borry, un responsable auprès d’un sous-traitant qui accompagne les banques dans l’automatisation des procédures,

Ça a démarré très fort dès le mois de février, nous avons été surpris par l'importance des volumes de transfert de comptes.

Frédéric Borry.

Ce que confirme un autre prestataire, qui déclare recevoir près de 80 000 demandes pour changer de banque tous les mois. L’enthousiasme des clients se transforme cependant en frustration, car le traitement des transferts de comptes dure beaucoup plus longtemps que les 22 jours prévus dans les textes.

Pour justifier ces contretemps, Jacques Vanhautère, DG de SEPAmail, le principal système d'échange d'information utilisé par les banques en matière de mobilité bancaire, avance que

Les banques ont eu très peu de temps pour se conformer à la réglementation, il y a donc eu logiquement une période de rodage. Les ajustements ont entrainé des délais de traitements allongés sans toutefois remettre en cause le dispositif. Le traitement des flux de dossiers est revenu à la normale, mais l'apurement des dossiers de mobilité bancaire en suspens est encore en cours.

Jacques Vanhautère.

Des difficultés à s’adapter aux nouvelles règles

Par ailleurs, la communication entre les banques et les grands créanciers comme les opérateurs télécom et les énergéticiens n’est pas toujours aisée. Ils ont du mal à échanger les bonnes informations dans les bons délais.

Les messages échangés présentent parfois des informations non conformes.

Frédéric Borry.

Un spécialiste du secteur indique par ailleurs que

Certaines banques qui craignent de perdre du terrain avec l'entrée en vigueur de la loi Macron ont tardé à mettre à jour leurs systèmes.

Et d’expliquer que, longtemps, les banques ne s’apercevaient pas du départ de leurs clients, car ces derniers abandonnent petit à petit leur compte. Avec ce nouveau dispositif, les banques de destination sont contraintes d’avertir les banques de départ. Ce qui a permis aux établissements de mesurer le nombre de départ de leurs clients.

Il reste cependant difficile d’affirmer si la loi Macron se trouve véritablement derrière cette augmentation de la mobilité bancaire (bien que chaque année, seuls 4,5 % des Français changent de banque). Pour Georges Kammermann, DG d'Isilis,

C'est trop tôt pour le dire, si les clients ont plus recours aux services d'aide à la mobilité, car ils sont désormais proposés systématiquement par les banques cela ne veut pas forcément dire qu'ils sont plus nombreux à changer de banque.

Georges Kammermann.

Choisir la Meilleure Banque

Comparez gratuitement et sans engagement plus de 150 banques en ligne et réseau en moins de 1 minute. Economisez jusqu'à 300€ sur vos frais bancaires

economisez jusqu'a 300€ sur vos frais bancaire
je trouve ma banque

Archives

back top