Des clients de plus en plus exigeants auprès des banques privées

Capture du site de Swiss Banque Privée

Jeudi dernier, Swiss Banque Privée a publié son quatrième baromètre, réalisé auprès des clients ou des prospects dont les revenus annuels nets sont supérieurs ou égaux à 72.000 euros. Selon les résultats, la confiance des clients envers les conseillers privés est en chute libre. Un grand changement s’annonce alors dans la banque privée.

Swiss Life Banque Privée est tout d’abord une banque française dont la finalité est de protéger et valoriser le patrimoine privé et professionnel de ses clients.

Elle publie cette année les résultats de son quatrième observatoire qui se reposent sur les objectifs suivants :

  • Évaluation de la perception de la banque privée en France et son évolution.
  • Apporter des éléments d’analyse pour le secteur sur différents thèmes.
  • Connaissance de attentes des clients réels ou en devenir.
  • Connaissance des avis des sondés sur des sujets d’actualité.
  • Selon les résultats, la relation entre le conseiller privé et son client se dégrade de plus en plus. Un facteur qui incite ses clients à changer de banque.

Une situation anormale

Seulement 17% des clients considèrent leur relation avec leur conseiller comme étant privilégiée (baisse de 6 points) si 27% la trouvent normale (hausse de 6 points. Ce qui favorise cette situation c’est le choix des clients qui recherchent des conseils patrimoniaux et fiscaux (56%). Il en est de même pour les services personnalisés (48%).

Mais, le rapport rendement-risque qui représente seulement 26% des choix peut un être un facteur qualifiant cette situation d’anormale. En effet, la plupart des clients se veulent d’être accompagnés dans la gestion de leurs actifs tandis que 24% d’entre eux privilégient l’indépendance où ils sont libres dans leurs décisions.

Autres points à retenir, les clients ne semblent plus être confiant en leur banque. Il n’y a qu’un client sur dix qui a entièrement confiance en son conseiller. Cela ne représente que 11% de ces prospects. Par rapport au baromètre de l’an dernier, ce chiffre nous révèle un recul de 5 points. Pourtant, le taux ceux qui expriment avoir « suffisamment confiance » a gagné 10 points de plus par rapport à l’année dernière, soit 65%.

Des mesures à prendre sur le blanchiment d’argent

Ce manque de confiance a été perçue avec la nouvelle réglementation contre le blanchiment d’argent, selon encore le baromètre Swiss Life Banque Privée.

Des mesures mal accueillies qui auraient pu nécessiter un effort de pédagogie et d’accompagnement plus important

Swiss Life Banque Privée

67% des clients ont jugé ces mesures comme sans importance et 60% les ont considérés comme une contrainte.

Les derniers résultats démontrent une hausse de 19 points, soit 36%. Donc, le nombre de personnes qui peuvent potentiellement devenir client « à court terme » d’une banque privée est revu également à la hausse.

Selon Hugues Aubry, directeur général de Swiss Life Banque Privée, cette situation favorisera le gain d’image des banques privées et leur permettra d’acquérir de nouveaux potentiels clients.

Par ailleurs, les clients de la banque privée veulent avoir des offres « classiques » telles que l’accès aux données en ligne (59%) et/ou la possibilité de faire des opérations de banque en ligne (61%).

Selon son explication :

Cela permet aux banques privées de se décharger des opérations basiques pour se concentrer sur celles qui créent de la plus-value.

Hugues Aubry.

Choisir la Meilleure Banque

Comparez gratuitement et sans engagement plus de 160 banques en ligne et réseau en moins de 1 minute. Economisez jusqu'à 300€ sur vos frais bancaires

economisez jusqu'a 300€ sur vos frais bancaire
je trouve ma banque

Archives

back top