Les inspecteurs sont des acteurs incontournables dans la surveillance des banques

Jeune femme inspecteur en ligne

Face à l’ascension des banques en ligne et la diversification des activités bancaires, les inspections générales (IG) tentent de mettre en place une toute nouvelle organisation, mais aussi un mode de recrutement qui tient compte de l’évolution du secteur. L’inspection générale doit refléter la crédibilité et la minutie car c’est un statut à très haute responsabilité face à un environnement bancaire très changeant.

Depuis l’application de la loi Macron sur la mobilité bancaire, la facilitation des procédures pour les entreprises et les particuliers qui souhaitent changer de banque est effective. Cette mobilité requiert une plus grande responsabilité de la part des inspecteurs.

Cependant, les inspecteurs doivent tenir compte des nouvelles mesures prises afin d'éviter les changements de banque trop fréquents et d’assurer la bonne foi des particuliers et les entreprises.

L’inspection générale est une source d’expériences et de compétences pour accéder aux postes de prestige. Maxime Crespel, inspecteur principal du groupe BPCE, confirme que plus de 20 % des cadres et des dirigeants du groupe sont passés par l’IG.

L’inspection fait l’objet d’une très forte convoitise car elle propulse une carrière à son plus haut sommet. À part les audits faits au sein des plus grandes banques en France ou à l’étranger, les inspecteurs enrichissent en même temps leurs échanges au cours de leurs missions.

Gagner une telle visibilité c’est pouvoir élargir son horizon professionnel en mettant en valeur ses potentiels. L’IG permet aussi de prétendre à une rémunération plus conséquente en plus des avantages en nature qui sont très attractifs (le salaire annuel d’un inspecteur varie autour de 44.000 euros et peut atteindre les 74.000 euros au bout de quatre ans si on est chef de mission).

Le domaine d’intervention des inspecteurs devient de plus en plus élargi. Ainsi, la nouvelle tendance est de recruter des ingénieurs car l’aspect scientifique des tâches s’accentue actuellement.

Le métier est en pleine évolution

Devenir inspecteur dans les grandes banques n’est plus du seul ressort des candidats issus des grandes écoles de gestion. Nombreux sont les ingénieurs qui s’intègrent harmonieusement dans ce métier. C’est le cas d’Antoine Guigny, 27 ans, avant de devenir chef de mission à l’IG du groupe Crédit Agricole, il a effectué deux stages au sein du Crédit Agricole Corporate & Investment Bank alors qu’il a eu un diplôme d’ingénieur aux Arts et Métiers ParisTech.

Même avec très peu de références en banque et finance dans son parcours académique, il est tout à fait possible de faire carrière dans l’IG.

Le plus important c’est d’avoir une très forte capacité en matière d’analyse et de synthèse, être doté d’un réel sens du relationnel. En effet, l’IG analyse de plus en plus de problématiques quantitatives ou techniques qui requièrent l’analyse des données. Le travail des inspecteurs se base sur une véritable culture de résultat, ce qui les oblige à être tout le temps performants dans chaque domaine d’analyse.

Avec la taille de sa firme, le groupe Crédit Agricole a mis en place une IG dans toutes ses filiales pour s’adapter à la diversification de ses activités. Ainsi, l’objectif est de constituer une équipe mixte : des profils généralistes et des experts spécialisés dans une activité bien précise.

Les inspecteurs doivent être très à l’aise avec les outils numériques nés de la révolution « digitale » car en matière d’audit, par exemple, les innovations apportées par l’intelligence artificielle commencent à prendre de l’ampleur.

Des nouvelles cibles en termes de recrutement

Pour adapter les compétences face aux transformations apportées par la dématérialisation dans le domaine des finances, la politique de recrutement tend à changer.

Les deux tiers des candidats recrutés sont issus des grandes écoles d’ingénieurs ou des universitaires spécialisés dans les modélisations mathématiques (le pourcentage des candidats scientifiques recrutés est passée de 15 % à 33 % ces cinq dernières années).

Michel Le Masson, inspecteur général du groupe Crédit Agricole

De ce fait, le groupe Crédit Agricole s’apprête à ne plus utiliser le concours comme mode de recrutement.

Dans cette optique, certains groupes comme le Crédit du Nord, recrute par le biais de recommandations ou des réseaux sociaux. Les candidats présélectionnés passent trois entretiens : le premier avec le responsable des ressources humaines, le second avec les superviseurs et le dernier avec l’inspecteur général. Ce système de recrutement raccourcit les délais et allège les coûts de recrutement.

Choisir la Meilleure Banque

Comparez gratuitement et sans engagement plus de 160 banques en ligne et réseau en moins de 1 minute. Economisez jusqu'à 300€ sur vos frais bancaires

economisez jusqu'a 300€ sur vos frais bancaire
je trouve ma banque

Archives

back top