La banque n°1 de Norvège arrive à surmonter la crise grâce à la résilience économique du pays

L’ancien bâtiment de la Norges Bank dans la vieille ville.

Le soleil commence à poindre à l’horizon, c’est ce que ressent les Norvégiens, et ce, en dépit du contexte épidémique qui persiste encore. Pour la banque DNB, la croissance est au rendez-vous dans tous ses secteurs d’activité. Le resserrement de sa politique monétaire y est sans doute pour beaucoup dans l’amélioration de ses marges.

Plus de 600 millions d’euros, c’est la marge bénéficiaire qu’a engrangée la banque n°1 de la Norvège au deuxième trimestre 2021. Une très belle performance, compte tenu de la conjoncture actuelle qui reflète encore les durs impacts de la crise sanitaire tant sur les ménages que sur les entreprises clients, ne serait-ce que de considérer le niveau toujours bas du loyer de l’argent.

Toujours est-il que l’enseigne a su limiter la casse. Et après avoir enregistré un niveau historiquement bas l’an dernier, elle remonte progressivement la pente et pourrait même reprendre le versement des dividendes non versés des deux dernières années. Un réel soulagement pour ses actionnaires qui pourraient alors renoncer à leur perspective de changer de banque.

DNB s’en sort mieux que ses congénères

L’avènement du Covid-19 et l’instauration des restrictions sanitaires qui s’en est ensuivie ont grandement impacté sur l’économie mondiale. Les enseignes bancaires n’en étaient pas épargnées. La banque norvégienne DNB, au contraire, s’en est quelque peu sortie en ayant notamment dégagé un bénéfice net de :

  • 19,9 milliards de couronnes, soit l’équivalent de 1,95 milliard d'euros, en 2020 ;
  • 5,66 milliards de couronnes, soit 571 millions d’euros sur les trois premiers mois de 2021 ;
  • 6,2 milliards de couronnes, soit 603,3 millions d'euros au deuxième trimestre.

Certes, la hausse est moindre durant cette dernière période, de 30% en année glissante contre près de 59% au T1-2021, mais compte tenu des taux d'intérêt plancher, DNB fait montre de résilience. Une performance dont peut être fière la directrice générale de la banque, Kjerstin Braathen :

Contrairement à de nombreuses autres banques européennes, DNB sort renforcée de la pandémie, avec une croissance saine, de bons résultats et un niveau record de satisfaction client.

Kjerstin Braathen

D’autant plus que la banque s’est retrouvée dans une mauvaise passe avant de remonter sa pente. L’an dernier, elle a dû puiser dans son matelas de sécurité quelque 5,77 milliards de couronnes pour combler les pertes sur créances attendues ainsi que la crise pétrolière engendrées par la pandémie du COVID-19. Selon Kjerstin Braathen :

2020 a été une année difficile pour la Norvège et pour DNB, mais l'économie norvégienne a relativement bien tenu pendant la pandémie.

Kjerstin Braathen

Reculer pour mieux sauter

À date, la reprise des provisions de DNB est estimée à 833 millions de couronnes. De fait, la banque a su profiter de la résistance de l'économie norvégienne, son principal marché. De plus, l’industrie s’est quelque peu améliorée à mesure que la situation épidémiologique s’améliore. Il convient d’admettre que l’essor de la campagne de vaccination anti-covid y est pour beaucoup puisque les activités ont repris, tant en épargne et placements financiers qu’en achats immobiliers. À la directrice générale de l’enseigne de commenter :

Un vent d'optimisme est définitivement revenu dans le monde des affaires et chez les ménages norvégiens […] Nous notons une croissance dans tous les secteurs d'activité de la banque, et je ne peux me souvenir d'un trimestre avec une activité client comparable dans tout l'éventail des services que nous offrons.

Kjerstin Braathen

Quoi qu’il en soit, le mérite revient également à la politique monétaire mise en place par la Banque de Norvège ainsi que les ponctions budgétaires dans son fonds souverain. En effet, un resserrement au mois de septembre 2020 a contribué à l’accroissement des marges bénéficiaires. Ce qui, de fil à aiguille, remontera le taux directeur à 1%, s’il était à zéro en mai 2020.

Selon les prévisions des analystes, DNB pourrait voir ses provisions augmentées de 487 millions. Elle est d’ailleurs, désormais, « en bonne position » pour verser des dividendes à ses actionnaires.

Choisir la Meilleure Banque

Comparez gratuitement et sans engagement plus de 160 banques en ligne et réseau en moins de 1 minute. Economisez jusqu'à 300€ sur vos frais bancaires

economisez jusqu'a 300€ sur vos frais bancaire
je trouve ma banque

Archives

back top