Les clients de Keetiz directement gratifiés sur leur compte en banque

Capture du site de Keetiz

Créée il y a deux ans, Keetiz se dit sur la bonne voie de développement en trouvant le modèle économique qui lui convient. Son nouveau concept récompense ses consommateurs directement sur leur compte bancaire, après avoir flashé leur ticket de caisse. La jeune pousse fait d’ailleurs partie des 15 startups à entrer au nouveau « Village by CA » de Montpellier pour le 18 décembre 2017.

Les startups doivent redoubler d’efforts et de créativité pour pouvoir percer sur le marché. C’est ainsi que Keetiz, une jeune pousse fondée en 2015, a réussi à se démarquer, en se faisant choisir parmi les participants au Village by CA à Montpellier, pour le 18 décembre 2017.

Pour cela, elle lance une offre intéressante, autant pour les consommateurs, leurs commerces partenaires et la société. Au niveau des consommateurs, ces derniers n’ont qu’à flasher leur ticket de caisse pour se faire rembourser une partie de leur facture, à récupérer directement sur leur compte.

Quant aux commerçants, ce système permet de fidéliser leur clientèle, tandis que Keetiz y gagne en enrichissement de sa base de données sur les clients.

Keetiz, une startup en plein essor

Keetiz, fondée en 2015 par Jean-Christophe Russier, co-fondateur d’Orchestra Software, peut se féliciter de sa stratégie de développement. D’ailleurs, elle fait partie des 15 startups, sélectionnées à intégrer le nouveau Village by CA à Montpellier, prévu pour le 18 décembre 2017.

Cette évolution correspond à notre phase actuelle d'accélération du business

Jean-Christophe Russier.

Cette enseigne affirme se distinguer de sa consœur BAM, bien qu’elle considère avec attention la levée de fonds d’un million d’euros, que ce concurrent a réalisé en septembre 2017.

Son fondateur mise sur l’accélération du développement de sa société, quelques mois après la revente de l’entreprise dont il a été co-fondateur depuis 1991, qui est Orchestra Software.

Comptant sur son « business plan très détaillé et des accords avec plus de 30 éditeurs de solutions d’encaissements » et le recrutement de Laurent Michaud, ex-Micros Systems, leader sur les technologies dédiées à la restauration et l’hôtellerie, ce professionnel estime atteindre rapidement les objectifs qu’il s’est fixés.

Pour l’année 2018, la startup projette de s’ouvrir sur six sites français, dont Paris, Lyons, Toulouse, Bordeaux, Strasbourg et Pointe à Pitre, tandis qu’en 2019, elle compte s’implanter jusqu’en Allemagne.

L’offre de Keetiz pour ses consommateurs

Keetiz lance une offre particulière à destination de ses clients : ces derniers peuvent récupérer une partie de leur facture d’achat, en flashant un QR code inscrit sur leur ticket de caisse. Cette somme, en euro, est percevable sur leur compte bancaire.

La jeune pousse a mis en place ce modèle à Montpellier et vise 15 000 utilisateurs et 300 commerces.

Quant au commerçant, il détermine le pourcentage du ticket final qu’il devra rembourser, et bénéficie de ce fait d’un système de fidélisation de la clientèle un peu particulière.

Jean-Christophe Russier de détailler

On fait du cash back in store, c'est une première dans le commerce physique. L'application permet de reverser les euros récupérés sur son compte bancaire, de les offrir à une œuvre caritative ou de donner un pourboire digital au personnel d'un établissement.

Jean-Christophe Russier.

Pour une meilleure gestion de la base clientèle

Pour Keetiz, cette application assure une meilleure gestion de sa base de données-clients. Les commerces partenaires ont droit à un accès illimité sur leurs données clients, mais peuvent aussi opter pour leur mutualisation. Grâce à ces informations collectées, ces derniers peuvent prévoir de nouvelles opérations commerciales.

Keetiz connaît très bien le consommateur et peut le cibler avec des campagnes email, des notifications ou des SMS

rajoute le fondateur de la startup.

Pour un commerçant, un SMS ne coûtera que 12 centimes pièce, alors qu’il reste le moyen le plus incitatif pour la clientèle. Pour éviter le « harcèlement » des consommateurs, l’enseigne promet de limiter les campagnes SMS à deux fois par mois. D’ailleurs, cette campagne se rémunère également sur les tickets édités par l’entreprise. Selon le fondateur

On facture 20 % du montant offert, quand un commerce sort entre 50 et 100 tickets par mois. C'est vite atteint. Les commerçants ont aussi un modèle freemium pour l'accès au back office et à la base client.
Choisir la Meilleure Banque

Comparez gratuitement et sans engagement plus de 160 banques en ligne et réseau en moins de 1 minute. Economisez jusqu'à 300€ sur vos frais bancaires

economisez jusqu'a 300€ sur vos frais bancaire
je trouve ma banque

Archives

back top