Quand les services de paiement progressent dans la technologie

Icones technologiques

Une vingtaine d’années plus tôt, le système de la vente en ligne se limitait encore à la commercialisation de produit sur un territoire national. Et même la notion de la vente internationale ne faisait encore référence qu’à l’ouverture d’un marché dans les pays limitrophes d’un pays. Parallèlement, lorsque les boutiques de grandes marques ont intégré le milieu de la vente en ligne, cela a été considéré comme un affront aux commerces franchisés déjà en place.

Lorsque la notion de la vente en ligne est apparue, les opérations se sont limitées à des transactions internes, régionales, et sans dépasser les limites du territoire national. Les recettes produites par ce nouveau secteur d’activité environnaient alors celles de la vente traditionnelle, parfois un peu plus, parfois un peu mois.

En ce qui est de la vente à l’international, l’envergure des transactions n’a pas encore pu aller au-delà des pays qui se trouvaient directement à proximité. L’entrée en matière des grandes marques dans ce genre de transaction a, par ailleurs, été mal interprétée par les acteurs du milieu, qui considéraient que ces entités venaient faire concurrence aux commerçants qui avaient déjà marqué leur territoire.

D’une simple transaction à un package de services

Finalement, les prestataires de services de paiement se sont redus à l’évidence qu’il ne suffira pas de réaliser une transaction financière, mais qu’il sera dorénavant indispensable de fournir tout un ensemble de services englobant la « gestion technique et financière des paiements ».

Ce qui rend les choses un peu plus compliquées, car il faudra prendre exemple sur le système des « marketplace », consistant à vendre et acheter sur tout l’espace commercial mondial. Ainsi, le système devra être en mesure d’utiliser, mais surtout de convertir la monnaie de chaque pays, ainsi que les frais associés aux diverses transactions.

Il s’agit ainsi d’un système de revente révolutionné, ce qui oblige la marketplace à vérifier qu’elle-même a été payée avant d’effectuer le paiement au premier vendeur, sans oublier de vérifier l’existence d’une demande de remboursement en cours.

Vers davantage de complications

Le passage des transactions depuis la pure technologie vers la fintech a engendré de plus en plus de complications, déjà que pour la première transformation de la vente traditionnelle à la vente en ligne classique, celle-ci a déjà mis du temps à s’opérer.

En effet, dans la première transformation, le fait que le marchand possédait un compte bancaire était amplement suffisant pour que les transactions se fassent dans le bon ordre. C’est-à-dire que ce dernier avait juste à accéder à un moyen de paiement (Visa, MasterCard, American Express ou Paypal), et la transaction se faisait automatiquement par redirection du paiement vers le compte de l’e-marchand.

Mais aujourd’hui, étant donné que les méthodes de paiement se sont multipliées de manière fulgurante, des procédures plus longues et plus complexes doivent être effectuées afin de pouvoir valider une transaction : connexion technique, expertise financière, réglage de flux de trésorerie, sécurisation des encaissements, prise en charge des diverses règles en vigueur, etc.

Choisir la Meilleure Banque

Comparez gratuitement et sans engagement plus de 160 banques en ligne et réseau en moins de 1 minute. Economisez jusqu'à 300€ sur vos frais bancaires

economisez jusqu'a 300€ sur vos frais bancaire
je trouve ma banque

Archives

back top