Le gouvernement britannique encourage la concurrence dans le secteur bancaire

Le Buckingham palace

Au Royaume-Uni, le marché bancaire et de crédit est encore monopolisé par les grands groupes. Pour équilibrer le secteur, le gouvernement soutient les petites structures en octroyant des ressources financières par acte de candidature. Grâce à cette opération, ces petites banques pourront convenablement intégrer le marché du crédit aux entreprises.

Depuis sa période de crise, le Royaume-Uni redresse progressivement son secteur financier. Or la situation du marché bancaire et de crédit, pendant et après la crise, reste inchangée. En effet, on constate le monopole des grands groupes, sans que les nouvelles pousses ne puissent s’y développer convenablement.

Le gouvernement a ainsi décidé de prendre des mesures pour rééquilibrer le marché, en favorisant ces petites structures. Des nouvelles ressources seront accordées aux petites enseignes pour les aider à se hisser parmi les meilleurs établissements. Cette « donation » se fera par ailleurs par acte de candidature, seuls les établissements remplissant toutes les conditions se verront financés.

Londres veut rééquilibrer le marché du crédit aux entreprises

Depuis des années, Londres cherche un moyen pour réduire le monopole des géants du crédit, qui sont PME, HSBC, RBS, Barclays et Lloyds Banking Group. Rappelons que ces derniers contrôlent une part supérieure à 70% des comptes courants des entreprises.

Avec la Commission européenne (CE), le gouvernement britannique a ordonné à RBS de créer deux fonds, pour un montant combiné de 775 millions de livres, soit 882 millions d’euros. Durant la crise financière, cette banque a bénéficié d’une aide publique à hauteur de 45,5 milliards de livres, considérée comme un avantage inconvenable.

Anne Boden, directrice générale de la banque en ligne Starling Bank (lancée en 2014) déclare que :

L'une des conséquences de la crise de 2008-2009 a été une concentration énorme des services financiers.

Anne Boden.

Les petites banques obtiendront des fonds par acte de candidature

Pour bénéficier des fonds octroyés par le gouvernement, les banques britanniques pourront déposer leur candidature à partir de l’année 2018.

Le premier fonds, doté de 350 millions de livres, a pour objectif d’encourager la clientèle à changer de banque en s’adressant à la concurrence. Quant au second, à hauteur de 425 millions de livres, il a pour but de permettre aux nouveaux acteurs de proposer des offres de crédit aux PME.

Selon les statistiques publiées par la Competition and Markets Authority (CMA), le taux de résiliation des comptes courants pour passer à la concurrence n’était que de 4% en 2014. Ce niveau faible demeure, même si des milliers d’entreprises ont dû s’associer aux grands établissements bancaires.

Certaines vont même jusqu’à accuser RBS de les avoir poussées à la faillite afin de récupérer leurs actifs à moindre prix, pendant et après la crise financière. Et ce, même après que RBS ait échoué à vendre sa filiale de corporate banking Williams & Glyn (avec une clientèle de 220 000 PME environ).

La constitution des deux fonds est le moyen trouvé par Londres pour renforcer la concurrence dans le secteur bancaire. En outre, un transfert des parts de marché de RBS à hauteur de 3% pour les nouvelles concurrentes est prévu.

Les petites banques se préparent déjà à cette transformation du marché. Virgin Money et Starling Bank s’apprêtent à intégrer le « corporate banking », tandis que la banque Monzo ré-envisage la même stratégie, après l’avoir exclue. Ainsi, Virgin Money proposera à sa clientèle la possibilité d’accéder à des services partenaires. L’enseigne pourra faire acte de candidature pour trois programmes qui représentent un total de 45 millions de livres.

Quant à Starling Bank, il estime devoir mettre en place son service avant de postuler pour l’un des trois programmes les plus importants, qui varient entre 60 à 120 millions de livres et seront destinés à des établissements déjà opérationnels.

Dans une concurrence qui s’intensifie fortement, Boden déclare que :

Notre position est vraiment unique pour cela (...) et nous avons toute confiance en notre capacité de l'emporter. Je pense que (les fonds) sont sans doute insuffisants; ça aurait pu être beaucoup plus.

Anne Boden.

Selon les déclarations de Ricky Knox, directeur général de Tandem :

La concurrence décolle à présent. Elle n'en est pas à un stade où on puisse encore réellement la prendre au sérieux, mais attendons deux ou trois ans.

Ricky Knox.

Cet acteur numérique sera propriétaire d’une licence bancaire ainsi que d’une filiale bancaire si son OPA sur Harrods Bank est approuvée. Ainsi, il compte être en lice pour l’obtention des quatre « pools », regroupant différents programmes.

Choisir la Meilleure Banque

Comparez gratuitement et sans engagement plus de 160 banques en ligne et réseau en moins de 1 minute. Economisez jusqu'à 300€ sur vos frais bancaires

economisez jusqu'a 300€ sur vos frais bancaire
je trouve ma banque

Archives

back top