Des adolescents créditent leur compte frauduleusement pour rouler en trottinette à Paris

Un jeune homme avec une trottinette

Les trottinettes électriques en libre-service ont la cote auprès des collégiens de la capitale. En particulier les véhicules de couleur verte gérés par l’opérateur Lime. La question se pose alors de savoir comment ces adolescents procèdent pour se procurer ces moyens de locomotion normalement attribués aux personnes majeures ? Un professeur s’est penché dessus pour trouver des réponses.

Plus qu’un simple phénomène de mode, les nouveaux véhicules électriques (NVEI), dont les trottinettes électriques, comptent désormais parmi les solutions de mobilité du paysage urbain. C’est ce qu’indiquent certains professionnels du secteur. Seulement, ce mode de déplacement devient de plus en plus accessible aux adolescents parisiens.

Le quotidien français Libération a justement divulgué une enquête à ce sujet le 28 juin dernier. Il découvre tout un système frauduleux permettant aux collégiens de recharger leurs comptes pour se servir des trottinettes en free floating pendant plusieurs heures. En effet, les frais sont débités au moyen de cartes bancaires dérobées et accessibles en ligne.

Un mécanisme connu par la quasi-totalité des élèves parisiens

Pour s’offrir un trajet en trottinette électrique, certains élèves se servent de cartes de paiement volées. C’est ce qu’a constaté un professeur de gymnastique d’un collège parisien en confisquant des téléphones durant un de ses cours.

Depuis la messagerie ICQ, les adolescents reçoivent régulièrement des internautes des numéros de carte subtilisées. Le groupe de discussion concerné comporte quelque 11 300 adhérents. Le journal énonce que parmi ces curieux figurent la grande majorité des élèves du collège en question.

Un des jeunes adeptes de cette pratique détaille le fonctionnement de ce système à la Libération :

« Les messages sont écrits en anglais, il y en a plus de 2 000 par jour. On dit 'drop' quand on veut qu’ils envoient des cartes et 'dd' [pour 'dead', 'mort' en anglais, ndlr] lorsque la carte ne fonctionne pas… quand on reçoit une carte, il faut être vif. On commence par mettre 5 euros. Si ça fonctionne, on remet 5 euros. Puis 10, puis 15 puis 20… »

Des conséquences néfastes sur les habitudes des collégiens ?

Rouler avec une trottinette Lime nécessite de disposer d’une carte bancaire permettant d’alimenter le compte client depuis l’application dédiée et d’avoir plus de 18 ans. En effet, la location est facturée à un euro par usage, puis à 15 centimes toutes les minutes. Le compte accessible à distance sera par exemple crédité de 15 à 20 euros.

C’est la raison pour laquelle l’enseignant a été particulièrement intrigué par le fait que certains des élèves de son établissement s’en servaient régulièrement pendant plusieurs heures. Ceux-ci n’ont pas encore 15 ans et ne possèdent pas de compte client.

En plus de nuire à la concentration de certains élèves en classe, le quotidien avance que les adolescents en ont fait un véritable business. Ceux qui souhaitent obtenir un code personnel s’inscrivent sur la plateforme moyennant 100 euros.

Après l’avoir reçu, certains collégiens revendent les comptes rechargés frauduleusement à prix largement inférieur à la somme volée. Par exemple, des trottinettes rechargées pour 100 euros avec un code sont revendues 20 euros.

Choisir la Meilleure Banque

Comparez gratuitement et sans engagement plus de 160 banques en ligne et réseau en moins de 1 minute. Economisez jusqu'à 300€ sur vos frais bancaires

economisez jusqu'a 300€ sur vos frais bancaire
je trouve ma banque

Archives

back top