Les néobanques européennes ambitionnent de limiter leur dépendance aux levées de fonds

capture écran du site Revolut

Les néobanques impressionnent souvent par leurs performances en matière de conquête clients. En revanche, elles peinent généralement à rentabiliser leur activité en raison des failles inhérentes à leur business model. Heureusement, ces nouveaux acteurs peuvent y remédier en levant des millions d’euros à chaque tour de table. Néanmoins, ils veulent désormais se sortir de cette impasse.

Dans l’univers des néobanques, Revolut se démarque par sa capacité surprenante à attirer les consommateurs. La jeune pousse britannique revendique ainsi plus de 10 millions d’utilisateurs dans le monde. En même temps, elle s’avère très douée pour convaincre les investisseurs. L’enseigne a en effet réussi à lever 500 millions de dollars, soit environ 460 millions d'euros, le mois dernier.

En à peine 5 ans, Revolut enchaîne les records et s’impose comme un incontournable du secteur. La banque digitale sait par ailleurs s’entourer de partenaires solides et fiables dans son processus d’expansion. Outre ses investisseurs historiques, elle compte plusieurs acteurs de renommée mondiale pour l’accompagner dans son développement.

Une gageure commune aux néobanques

La perte avant impôts de Revolut s’est élevée à 33 millions de livres en 2018. La néobanque britannique a ainsi enregistré un chiffre d'affaires de 58 millions de livres. Cette situation devrait toutefois changer selon les analystes.

D’ailleurs, comme le souligne son PDG fondateur Nikolay Storonsky, les fonds levés récemment permettront à l’enseigne de se focaliser sur sa rentabilité. Toutefois, l’homme d’affaires n’a donné aucun détail sur le sujet. En tout cas, il semblerait que la Fintech envisage désormais de miser sur les prestations premium, donc payantes.

Selon un porte-parole de la néobanque, sur Les Échos :

Nous voulons renforcer l'usage quotidien de nos produits, et donc notre rentabilité.

En attendant, Revolut reste dépendante aux levées de fonds pour assurer sa croissance dans le secteur de la finance. La start-up se révèle néanmoins très performante dans cet exercice. En 2018, elle a récolté 250 millions de dollars auprès de différents investisseurs, dont DST Global, le fonds créé par l’entrepreneur Iouri Milner.

Quant au dernier tour de table, il a été réalisé auprès de plusieurs investisseurs célèbres comme Lakestar, sans oublier DST Global. Désormais, la Fintech est valorisée à hauteur de 5,5 milliards de dollars, contre 1,7 milliard de dollars en 2018.

Une enseigne en pleine croissance

Revolut recense actuellement 2 150 collaborateurs dans le monde. La néobanque a connu une croissance fulgurante ces dernières années, à l’instar des plus grands acteurs du secteur tels que Monzo ou encore N26. Elle peut donc, à juste titre, se définir comme l’Amazon du secteur bancaire.

Depuis son lancement, la Fintech a développé une large gamme de services bancaires pour répondre aux attentes les plus courantes des consommateurs. Actuellement, elle fournit entre autres des prestations comme le transfert d'argent instantané ou le paiement multi-devises. Depuis peu, la néobanque propose également à ses clients des services de trading, d’échanges de cryptomonnaies ou d’assurances.

Aujourd’hui, Revolut dispose d’une licence bancaire lituanienne datant de 2018 et d’un agrément d'établissement de paiement valable au Royaume-Uni. La néobanque a ainsi la possibilité de commercialiser un vaste panel de produits bancaires, dont le crédit à la consommation. Elle travaille aussi sur d’autres offres pouvant mener jusqu’au crédit immobilier.

La start-up est parvenue à séduire plus de 10 millions d’utilisateurs européens, dont plus d’un million en France. Forte de ses réalisations, la néobanque n’hésite pas à afficher ses ambitions à l’international en visant notamment le marché américain.

Comme le souligne Julien Maldonato de Deloitte, le premier atout des néobanques réside dans leur capacité à se réinventer en permanence. Elles sont ainsi capables de réagir rapidement et de miser sur les marchés les plus prometteurs.

Choisir la Meilleure Banque

Comparez gratuitement et sans engagement plus de 160 banques en ligne et réseau en moins de 1 minute. Economisez jusqu'à 300€ sur vos frais bancaires

economisez jusqu'a 300€ sur vos frais bancaire
je trouve ma banque

Archives

back top