La Banque de France alerte le public sur les arnaqueurs qui utilisent son nom

Bâtiment de la Banque de France

La Banque de France donne l’alerte : le nombre des tentatives d’escroquerie utilisant frauduleusement son nom ne cesse d’augmenter. Par le biais du téléphone ou d’un email, les arnaqueurs contactent des particuliers ou des entreprises pour les enjoindre à régler une facture impayée sous peine d’être pénalisés. Certaines astuces sont à prendre en compte pour se préserver de ces « phishing ».

La Banque de France invite les titulaires de comptes bancaires à être très vigilants face aux nombreuses formes d’escroqueries qui sont en train de se répandre actuellement. Déjà victime d’une utilisation frauduleuse de son nom et de son logo, en mai dernier, elle donne l’alerte aux particuliers et aux entreprises qui sont tous ciblés par les arnaqueurs.

Ces derniers utilisent, en effet, des techniques ingénieuses pour induire leur victime en erreur, et ainsi leur soutirer des données personnelles, telles que leur identifiant ou leurs coordonnées bancaires. Il est, de ce fait, conseillé de divulguer aucune information par mail ni effectuer aucun virement, sous n’importe quelle raison. Focus sur trois astuces essentielles pour se protéger contre l’escroquerie.

Le phishing, un outil redoutable pour soutirer des informations personnelles

Les tentatives d’escroquerie sont, à l’heure actuelle, très répandues. La Banque de France a récemment alerté les titulaires de compte bancaire, à cause de l’utilisation frauduleuse de son logo et de son nom pour extorquer des données personnelles ou financières. En effet, les victimes (des particuliers et des entreprises) reçoivent des appels téléphoniques ou des emails très convaincants.

Dans son communiqué, la Banque de France affirme que mis à part le logo, les adresses électroniques des escrocs sont également composées du nom de domaine de l’établissement.

Cette usurpation d’identité, moyennant du nom, du logo, etc., d’une personne ou d’un organisme de confiance, perpétrée par les fraudeurs est appelée hameçonnage ou phishing. Cette pratique immorale est d’autant plus efficace que les spams classiques dont les formes et les fonds peuvent s’avérer douteux.

La victime, en revanche, semble plus confiante si l’émetteur du courrier électronique lui est familier. Il lui sera plus aisé de dévoiler des informations personnelles lui concernant (coordonnées bancaires, numéro de carte de crédit, identifiants…).

Trois conseils à suivre pour se préserver contre les escroqueries électroniques

Pendant une tentative d’escroquerie électronique, l’arnaqueur prend contact avec sa victime en se faisant passer pour un employé d’un organisme financier. Sous un prétexte quelconque, une facture impayée, par exemple, il demande à son interlocuteur de cliquer sur un lien et à communiquer ses coordonnées bancaires ou à effectuer un virement bancaire sur un certain compte. Il n’hésite pas à menacer sa cible que son compte risque d’être bloqué ou qu’il sera interdit bancaire, à défaut de paiement.

Pour se protéger des tentatives de fraudes, trois astuces sont à prendre en compte. Premièrement, les établissements de grande envergure, tels que les banques, le fisc et les caisses d’allocations familiales ne demandent jamais des informations personnelles via un email.

Deuxièmement, il faut se méfier des courriers électroniques sur lesquels l’émetteur vous invite à cliquer sur un lien quelconque, ou à vous connecter sur un site qui requiert une identification.

Même si ce dernier est similaire au site officiel de l’organisme, il peut s’avérer frauduleux. Enfin, en cas de doute, il est conseillé d’informer le site dédié au signalement des spams. En effet, 13,5% de ces derniers s’agissent de phishing ou d’autres outils de piratage.

Choisir la Meilleure Banque

Comparez gratuitement et sans engagement plus de 160 banques en ligne et réseau en moins de 1 minute. Economisez jusqu'à 300€ sur vos frais bancaires

economisez jusqu'a 300€ sur vos frais bancaire
je trouve ma banque

Archives

back top