N26 dépasse la barre d’un demi-million de clients aux États-Unis malgré la crise

Capture écran du site N26

En février 2020, la pépite allemande a annoncé avoir attiré plus de 250 000 clients cinq mois après son arrivée aux États-Unis. Son expansion sur le Nouveau Continent continue malgré la crise et la diminution de son effectif à New York. La néobanque a dû néanmoins mettre de côté ses projets de se séparer de son partenaire local, Axos Bank, et de se lancer au Brésil.

Une baisse de l’effectif

Comme de nombreuses entreprises et institutions financières, les néobanques ont été lourdement impactées par les mesures de confinement. Quoi qu’il en soit, la fintech a pu compter sur l’appui de ses actionnaires qui lui a permis de lever 100 millions de dollars au plus fort de la crise.

Avec l’évolution de la situation économique mondiale encore floue, plusieurs de ces banques nouvelle génération ont toutefois été contraintes de revoir leurs plans de développement.

Si N26 a opté pour le chômage partiel en Europe, elle a cependant dû licencier 10 % de ses employés américains pour assurer sa pérennité.

Un an après son lancement, la jeune pousse allemande revendique aujourd’hui environ 500 000 utilisateurs outre-Atlantique. Un chiffre qui montre un certain ralentissement de sa croissance sur le marché américain. Après l’ajournement de son projet de s’implanter au Brésil, N26 a dû également repousser sa demande de licence bancaire afin de pouvoir proposer des services plus complets à ses clients.

Un marché prometteur

Investir le marché américain représente une réelle opportunité pour tous les établissements bancaires notamment les banques digitales.

En effet, il se distingue par sa taille et sa maturité. Mais au-delà de ces atouts, les nouveaux arrivants sont surtout intéressés par les marges qui y sont plus attrayantes qu’en Europe. Une situation qui s’explique par le modèle économique des néobanques.

Chaque transaction effectuée par carte donne lieu à une commission qui sera départagée entre l’émetteur du terminal de paiement, le réseau (Visa, Mastercard…) et la banque du client.

ImportantUne enquête de ValuePenguin révèle que cette commission dite « d’interchange » s’établit en moyenne à 1,73 % aux États-Unis, contre seulement 0,21 % dans l’Hexagone.

Ce modèle économique n’est donc pas très avantageux en Europe où N26 doit compter sur ses formules payantes, telles que N26 You ou Metal pour survivre. La Fintech incite ainsi ses clients à basculer peu à peu vers ces offres en limitant récemment le nombre de retraits gratuits et en faisant payer les recharges par carte bancaire. Malgré tout, elle reste populaire et a réussi à atteindre les 1,5 million d’utilisateurs en France.

Choisir la Meilleure Banque

Comparez gratuitement et sans engagement plus de 160 banques en ligne et réseau en moins de 1 minute. Economisez jusqu'à 300€ sur vos frais bancaires

economisez jusqu'a 300€ sur vos frais bancaire
je trouve ma banque

Archives

back top