La gestion des dépenses reste une préoccupation majeure pour les clients des banques

une femme qui dépense en ligne

Dans une étude récente, N26 a analysé le rapport des consommateurs avec leurs banques en interrogeant plus de 10 000 clients en Europe et aux États-Unis. Ce sondage de grande envergure a permis de découvrir les problèmes les plus courants dans le secteur. La néobanque allemande a publié les résultats de l’enquête intitulée Big Banking Chat en mai dernier.

Comme pour la banque en ligne, le modèle de la néobanque se base sur les nouvelles technologies et les outils statistiques pour surclasser les établissements financiers traditionnels. La stratégie marketing de ces nouveaux acteurs est souvent axée autour de cette opposition avec les banques de réseau.

Cette technique commerciale est perceptible dans la dernière étude de N26, qui révèle les soucis rencontrés le plus souvent par les clients des banques de réseau. Ironiquement, cette méthode ne lui permet pas de se démarquer de sa rivale historique Revolut. En effet, la plupart des arguments en faveur de la néobanque allemande valent également pour la Fintech britannique.

Un réflexe d’épargne inquiétant

D’après l’étude de N26, face à la crise actuelle, les Américains sont plus enclins à épargner par rapport aux Européens. Aux États-Unis, un utilisateur moyen de N26 peut économiser jusqu’à 220 dollars à la fin du mois, contre 192 dollars (environ 177 euros) en Europe.

Cette tendance commence à affecter l’une des premières sources de revenus de la banque digitale. En effet, les clients se servent moins de leurs cartes de paiement depuis le début de la pandémie. L’établissement se rémunère pourtant à travers les commissions fixées pour ce type de transaction.

Dans une certaine mesure, la dernière étude réalisée par la néobanque allemande vise à promouvoir ses services et ses différents outils numériques. Cette stratégie lui permet par ailleurs de se démarquer nettement des établissements financiers traditionnels.

En revanche, malgré l’originalité de son approche, N26 n’arrive pas à supplanter sa principale concurrente Revolut. Leur grande rivalité s’explique notamment par la similitude de leurs offres.

Des pistes de réflexion intéressantes

À travers son enquête, N26 a voulu à mettre en exergue les failles des banques actuelles. Cette étude permettra à terme d’améliorer les produits et services des acteurs du secteur. Ainsi, son intérêt dépasse de loin les objectifs marketing de la néobanque allemande.

Les résultats révèlent que seulement 27 % des personnes interrogées ont affirmé être en mesure de maîtriser leur situation financière. Les autres ont l’impression de n’avoir aucun contrôle sur leur argent. 15 % des sondés se sentent même totalement dépassés par l’état de leurs finances.

Ce sentiment vient notamment du manque de transparence, de performance et de praticité des outils dédiés à la gestion du budget des consommateurs disponibles. Parmi les réponses les plus citées figure également l’inquiétude des clients des banques concernant la gestion de leur argent.

Il s’agit d’autant d’arguments en faveur des concurrents digitaux des établissements bancaires traditionnels, dont N26. À noter que la Fintech revendique actuellement plus de 250 000 clients sur le marché américain.

Choisir la Meilleure Banque

Comparez gratuitement et sans engagement plus de 160 banques en ligne et réseau en moins de 1 minute. Economisez jusqu'à 300€ sur vos frais bancaires

economisez jusqu'a 300€ sur vos frais bancaire
je trouve ma banque

Archives

back top