Au moins deux ans seront nécessaires pour que le système bancaire mondial se remette de la crise sanitaire

Façade d’une bâtiment avec l’écriture BANK

Le système bancaire mondial a fait les frais de l’épidémie du covid-19. Bien que les dégâts ne soient pas apparents que la crise économique d’envergure prévue par les professionnels du secteur n’ait pas encore eu lieu, les succursales mettront des années à se remettre de cette pandémie, d’après l’enquête de S&P Global Ratings.

Les succursales bancaires qui sont les plus grands acteurs économiques ont été touchées de plein fouet par l’avènement de la pandémie du covid-19. Les retombées de la crise sanitaire sont lourdes et nul ne sait encore quand est-ce que ces institutions vont pouvoir pleinement s’en remettre.

S&P Global Ratings a décidé de mener son enquête sur les conséquences de l’épidémie sur le secteur bancaire et le temps que cela prendrait pour que les enseignes retrouvent leur ration d’avant la pandémie.

Il ne va pas sans dire que les résultats de cette enquête sur la comparaison banque sont très attendus, tant par les entreprises que par les particuliers.

Un bien triste pronostic

Les résultats de l’étude de S&P Global Ratings ne sont pas fameux. L’agence de notation estime que le rétablissement du secteur bancaire mondial s’étalera jusqu’en 2023. Cette enquête fait mention de nombreux constats de dégradation des finances ayant engendré plus de 300 décisions négatives sur les prêts.

De plus, la récente crise du pétrole n’a pas arrangé les choses, cela a amplifié les impacts de la pandémie sur les institutions financières à travers le globe. En conséquence, l’agence de notation estime que le processus de relèvement sera lent. Qui plus est, on n’est pas encore à l’abri d’une rechute (une nouvelle vague de propagation du covid-19), faisant encore plus planer le doute et rendant de plus en plus difficile le retour au niveau de la solidité financière.

S&P Global Rating avait déjà émis un postulat sur les tendances économiques dans une précédente étude. Mais elle a décidé de revoir ces pronostics à la baisse malgré la vigueur économique apparente de nombreuses économies du G-20. À l’agence de notation de souligner que cette tendance négative pourrait bien se poursuivre, car les risques de baisse persistent.

Des pays inégalement touchés par la crise

L’enquête de S&P Global Ratings suggère aussi que la période de rétablissement probable est différente pour chaque pays. En Chine, par exemple, où les succursales se sont constituées d’importantes réserves de capital, leur économie devrait ainsi pouvoir se relancer dès cette année. Néanmoins, le retour aux ratios d’avant la crise ne devrait pas se faire avant la fin de l’année 2022. Il en va de même pour Singapour, Hong Kong, l’Arabie Saoudite, le Canada ou encore la Corée du Sud.

Quant aux États-Unis, France, Allemagne, Brésil, Italie, Royaume-Uni, Japon, Russie, Australie, Indonésie, le retour à la normale ne devrait intervenir qu’en début 2024 au plus tôt.

Concernant les banques du vieux continent, l’agence de notation souligne que ces succursales devraient faire les frais des créances irrécouvrables, c’est pourquoi leur retour aux solidités financières est plus long comparé à celui de la Chine ou du Canada. L’agence prévoit notamment que la France devrait encore subir de plus lourdes pertes en 2021 par rapport à ce qui s’est passé cette année.

Les marchés bancaires qui s’en sortent le moins bien sont ceux du Mexique, de l’Afrique du Sud et de l’Inde. D’après l’initiateur de cette enquête, leurs systèmes bancaires ne devraient s’en remettre qu’au-delà de 2023, on ne saurait encore clairement se prononcer.

Choisir la Meilleure Banque

Comparez gratuitement et sans engagement plus de 160 banques en ligne et réseau en moins de 1 minute. Economisez jusqu'à 300€ sur vos frais bancaires

economisez jusqu'a 300€ sur vos frais bancaire
je trouve ma banque

Archives

Liens sponsorisés
back top