L’économie américaine superforme

Flèche rouge croissante et billet dollar

Comme les incertitudes concernant la guerre sino-américaine s’estompent, les affaires reprennent du côté des grands investisseurs. Ces derniers comprennent entre autres les grandes sociétés, les compagnies d’assurances et les fonds d’investissement. Cette situation profite aux établissements bancaires historiques implantés aux États-Unis, qui évoluent dans le circuit économique en tant qu’intermédiaires.

L’économie américaine se stabilise, comme l’affirment de nombreuses banques américaines, qui constatent une augmentation de leurs revenus. Le président de JPMorgan Chase, Jamie Dimon, relate que les transactions réalisées par les ménages ont augmenté. Il se réfère à la recrudescence des émissions de cartes de crédit. Cette tendance a été particulièrement observée durant les fêtes de fin d’année.

Autre fait impactant noté par Jamie Dimon : la résolution des conflits portant sur le libre-échange. Par ailleurs, les opérations de courtage ont permis de compenser les effets engendrés par les taux bas sur les bénéfices. Comment les leaders sur le marché (visibles sur un comparatif banque) gèrent-ils cette situation ?

Les clients réalisent davantage de transactions et les banques augmentent leurs marges

Les grandes enseignes de la place attestent de la bonne santé financière de l’économie américaine. Par exemple, JPMorgan Chase, qui se positionne en première place en termes d’actifs, a enregistré un bénéfice net de 36,43 milliards de dollars en 2019. Il est en effet question d’une augmentation de 12,2 % par rapport à 2018.

En combinant les gains de cette banque avec ceux de Citigroup, Wells Fargo, Goldman Sachs, et Bank of America, les résultats sont significatifs. Ils sont en effet évalués à environ 76 milliards de dollars en 2019.

À en croire les données issues de la Banque mondiale en 2018, ce chiffre dépasse le PIB de la Bulgarie (65,1 milliards de dollars). Il en est de même pour celui du Luxembourg (71 milliards de dollars).

Qu’en est-il des opérations réalisées par les clients ? En prenant l’exemple de Citigroup, au cours du quatrième trimestre 2019, les dépôts des épargnants se sont accrus de 6 %. Du côté des prêts, un renchérissement de 2 % a été enregistré. Cela dit, les charges ont aussi augmenté de 10 % pour les titulaires de carte Citi.

Les enseignes doivent rester vigilantes sur certains points

La réputation de Wells Fargo a été affectée par le scandale sur les comptes fictifs. Ainsi, son directeur général, Charlie Scharf, cherche à réinstaurer la relation de confiance avec les consommateurs. En guise de rappel, la banque distribue un crédit immobilier sur cinq aux États-Unis.

D’autre part, l’année dernière, pour la troisième fois d’affilée, la Réserve fédérale américaine a fait baisser le taux directeur. Cette action n’est pas sans conséquence sur les dépôts effectués par les banques de détail et sur les crédits.

Concernant les activités affectées par cette variation, JPMorgan Chase s’aperçoit que ses recettes ont régressé de 1 % au quatrième trimestre 2019. Il s’agit du premier repli observé par la banque depuis 2015.

Depuis la mise en place de la réglementation censée régir les conditions de spéculation des établissements bancaires pour leur propre compte, les activités y afférentes n’ont pas été particulièrement plébiscitées. Il reste à savoir si le consensus entre les États-Unis et la Chine arrangera définitivement la situation. La première partie de l’accord devrait déjà avoir été signée.

Choisir la Meilleure Banque

Comparez gratuitement et sans engagement plus de 160 banques en ligne et réseau en moins de 1 minute. Economisez jusqu'à 300€ sur vos frais bancaires

economisez jusqu'a 300€ sur vos frais bancaire
je trouve ma banque

Archives

Liens sponsorisés
back top