BNP Paribas : bilan de l’efficacité du plan stratégique 2014-2016 et nouvelles perspectives

Logo BNP Paribas

Le groupe bancaire international a dégagé un bénéfice de 7,7 milliards d’euros en 2016. BNP Paribas réussit finement la mise en œuvre de son plan stratégique 2014-2016. La banque de financement et d’investissement a en effet réalisé la quasi-totalité des objectifs qu’elle s’est donnée

En 2016, elle a réalisé un bénéfice net de 7,7 milliards d’euros, soit une croissance de 15,1% en comparaison annuelle. L’enseigne parvient à dégager ces bénéfices dans une un contexte économique assez compliqué, marqué notamment par un durcissement réglementaire et une faiblesse des taux d’intérêt.

À peine ces résultats satisfaisants annoncés, la banque de la rue d’Antin met le cap sur 2020 avec l’annonce de son plan triennal.

Prévu être présenté en détail le 20 mars prochain, ce plan stratégique prévoit une croissance annuelle des résultats nets supérieure à 6,5%. Celle-ci sera principalement tirée par des investissements massifs de 3 milliards d’euros destinés à accélérer la transformation digitale du groupe. Tour d’horizon !

Des objectifs de croissance atteints

Sur l’exercice 2016, BNP Paribas a engrangé un bénéfice net en hausse de 15,1%, évalué à 7,7 milliards d’euros.

L’établissement affiche un PNB en hausse de 1,1%, s’établissant à 43,4 milliards d’euros, soit un niveau légèrement supérieur au consensus fourni par Factset. Cette croissance du PNB est due à une augmentation du niveau d’activité du pôle des services financiers spécialisés, notamment ceux des assurances et de la banque de détail hors zone euro.

Sur les marchés domestiques (entres entre la France et l’Italie), le PNB fléchit néanmoins de 0,5%. Cette baisse est attribuée à une faiblesse des taux qui affecte les marges de la banque de la rue d’Antin. Malgré un premier trimestre difficile, BNP Paribas a pu se redresser au cours de l’année et ainsi limiter le tassement de ses revenus à 0,3%.

Sur le quatrième trimestre, le bénéfice net de l’enseigne a été multiplié par 2,2 pour s’établir à 1,4 milliards d’euros.

Ainsi, BNP Paribas a réalisé pratiquement tous les objectifs qu’elle s’est fixée dans son plan 2014-2016, notamment en termes de croissance et de solidité. La seule débâcle concerne son coefficient d’exploitation (rapport entre les charges et les revenus) qui a progressé de 0,8 points alors que l’établissement tablait une baisse de 3 points. La banque associe principalement cet échec au gonflement des coûts règlementaires dû notamment au renflouement du fonds européen d’aide aux établissements en difficulté.

Le plan stratégique 2020 : le numérique placé au cœur du projet

BNP Paribas lève désormais le voile sur son plan stratégique triennal à horizon 2020. Jean-Laurent Bonnafé, directeur général de la banque, annonce une hausse d’au moins 6,5% par an en moyenne du résultat net de l’établissement.

La banque de financement et d’investissement prévoit par ailleurs un taux de croissance annuel moyen de ses revenus supérieur à 2,5% et un taux de distribution de 50%.

À l’occasion d’une conférence de presse, le directeur général confie que

L’essentiel du plan sera consacré à la transformation du groupe, que l’on peut résumer par la transformation digitale, très qualitative, du modèle bancaire. Nous allons investir 3 milliards d’euros à l’horizon 2020 dans ce programme qui générera 3,4 milliards d’économies sur la période et permettra de dégager des économies annelles récurrents de 2,7 milliards à partir de 2020 .

Jean-Laurent Bonnafé

Cette transformation digitale se traduit notamment par une poursuite de la réduction du nombre d’agences de l’enseigne en vue de la baisse de fréquentation des clients. En France, elle ne compte désormais plus que 1 964 agences, soit 236 de moins qu’en 2012.

De surcroît, BNP Paribas compte accélérer dans le domaine de la banque en ligne en envisageant notamment de « développer des banques digitales » centrées sur le crédit à la consommation. À noter qu’en 2013, l’établissement a déjà lancé une banque en ligne classique. Baptisée Hello bank !, celle-ci compte 2,5 millions de clients dans cinq pays européens dont 1,5 millions en Allemagne et 284 000 en France.

BNP prévoit de la décliner sous d’autres marques, notamment sous l’enseigne « Hello bank! by Cetelem ». Selon les dirigeants, l’idée derrière cette nouvelle offre est de « construire une banque un peu plus digitale et plus efficace », au risque de s’auto-concurrencer.

Choisir la Meilleure Banque

Comparez gratuitement et sans engagement plus de 160 banques en ligne et réseau en moins de 1 minute. Economisez jusqu'à 300€ sur vos frais bancaires

economisez jusqu'a 300€ sur vos frais bancaire
je trouve ma banque

Archives

back top