Les banques françaises recherchent une solution pour accompagner leurs clients à handicap physique

Siège de la Banque de France.

Une personne assise dans un fauteuil roulant ne peut pas accéder au tableau d’un distributeur automatique ou d’un terminal de paiement. Les aveugles éprouvent, quant à eux, des difficultés lors de la saisie. La politique actuelle des banques est toutefois l’inclusivité. Cela implique alors de prendre des mesures répondant aux demandes de chacun.

Des banques ont adhéré à une charte d’inclusion pour faciliter l’accès et l’utilisation des distributeurs automatiques et terminaux de paiement. Le nouveau CNMP (Comité national des moyens de paiement), dont la Banque de France est le président, dévoile ses préconisations. C’est le mardi 4 octobre 2022 que les mesures allant dans ce sens ont été divulguées au public. Les personnes à mobilité réduite ou ayant une acuité visuelle basse seront les bénéficiaires de ces innovations. Le représentant du CNMP n’a pas manqué de rappeler les difficultés des personnes ayant un handicap physique pour l’occasion. L’accès aux technologies autour du paiement sera désormais universel.

Je compare les offres bancaires

Une démarche inclusive

L’utilisation d’un smartphone est une nécessité pour les transactions financières en ligne depuis 2021. La validation d’un transfert en Europe s’effectue via un code envoyé sur le mobile ou une empreinte. Cette solution n’est toutefois pas adaptée à tous les besoins.

En effet, si la technologie améliore le quotidien des utilisateurs de terminaux et distributeurs, certains clients y trouvent un inconvénient majeur. Les personnes malvoyantes ne peuvent pas, par exemple, utiliser les tableaux tactiles. Elles ont ainsi besoin d’un boîtier disposant d’un clavier classique pour taper leur code. C’est d’ailleurs la solution proposée par le groupe Banque populaire-Caisse d’épargne.

La banque centrale réitère l’obligation des établissements de varier le moyen de paiement. Un boîtier munis de claviers classiques représente ainsi une alternative à l’empreinte digitale ou à la validation par application mobile.

Le CNMP évoque dix commandements pour rendre les services de paiement et de retrait plus inclusifs. L'association France Handicap et la Fondation Valentin Haüy soutiennent ses efforts.

Des choix diversifiés

Le paiement est de plus en plus pratique et facile avec toutes les solutions proposées. Le cryptogramme devient, par exemple, dynamique avec les applications mobiles. Certains établissements financiers choisissent cette option pour sécuriser les transactions en ligne. Dans cette optique, une carte bancaire possède au dos trois numéros dont la combinaison est aléatoire. Le changement régulier de ce dernier permet de sécuriser le compte en cas de vol.

La Banque de France propose en parallèle la production de distributeurs classiques et tactiles pour rester dans le cadre inclusif. Ceux qui ne peuvent pas voir ont d’ailleurs besoin de toucher aux touches d’un clavier numérique. La technologie permet également à certaines structures de proposer des assistants vocaux pour les guider.

Si la technologie est cependant le principal obstacle pour les malvoyants, les personnes en fauteuil roulant rencontrent un problème de hauteur. Le régulateur estime alors que les guichets automatiques doivent être accessibles à une personne assise. Pour se conformer à cette nouvelle règle, les établissements peuvent rénover ou remplacer leurs terminaux actuels.

Archives