L’alliance entre les banques et les FinTech, une nécessité

Une personne devant son ordinateur avec sa carte bancaire

Rachat, prise de participation au capital, partenariat… Les investissements des banques dans les FinTech se font de plus en plus nombreux. Aujourd’hui, les établissements bancaires voient dans les startups une opportunité pour élargir leurs marges de manœuvres. En effet, les banques rachètent ces jeunes pousses concurrentes pour épurer le marché, pour acquérir des clients plus rapidement, pour tirer profit de leur technologie disruptive et pour faire évoluer leur modèle économique.

S’il y a encore trois ans, les groupes bancaires ne manifestaient aucun intérêt à l’égard des FinTech, la situation a bien changé depuis 2015. Aujourd’hui, l’engouement des banques pour ces jeunes pousses est tel que les investissements se multiplient massivement.

Les rapprochements sont divers et variés. Les banques comme les FinTech ont toutes deux à y gagner. Les premières profitent essentiellement des technologies des startups pour accélérer leur transformation digitale et rattraper leur retard face aux banques en ligne. En entrant sous le giron des groupes bancaires, les FinTech espèrent quant à elles gagner en visibilité et exploiter la base client de ces derniers.

Le rapprochement entre les banques et les FinTech, une tendance avérée

Pleinement investi dans les innovations technologiques, le Crédit Mutuel Arkéa se présente comme la première enseigne bancaire à se rapprocher d’une FinTech en devenant l’actionnaire de référence de Prêt d’Union (rebaptisée Younited Crédit) dès son lancement en 2011. En 2015, le groupe de bancassurance procède à un nouvel investissement en reprenant la FinTech Leetchi.

Le groupe BPCE accélère le mouvement en acquérant Le Pot Commun en 2015 puis la banque mobile Fidor une année plus tard.

Outre le rachat de Fidor, l’année 2016 est marquée par l’entrée du Crédit Agricole dans le capital de Linxo. En 2017, c’est la néobanque toulousaine Morning qui est reprise par la Banque Edel, filiale du groupe E. Leclerc.

L’acquisition du Compte-Nickel par BNP Paribas

L’opération la plus récente est le rachat du Compte-Nickel par BNP Paribas effectué le 4 avril dernier. Le groupe bancaire rachète 95% du capital de la FPE (Financière des paiements électroniques), la société à l’origine du compte sans banque.

Évaluée à 200 millions d’euros, cette opération fait beaucoup parler d’elle du fait qu’elle promet de renforcer l’offre de BNP Paribas, mais également celle du Compte-Nickel. Si aujourd’hui, ce dernier affiche déjà de belles performances avec ses 540 000 comptes ouverts (environ 26 000 comptes souscrits chaque mois), cette acquisition devrait lui offrir un plus grand succès. En effet, BNP Paribas prévoit de quadrupler le nombre de bureaux de tabac distribuant le Compte-Nickel.

Pour BNP Paribas, ce rapprochement s’inscrit dans sa politique consistant à concrétiser des acquisitions ciblées, porteuses d’innovations ou de nature à optimiser la donnée de ses clients.

Choisir la Meilleure Banque

Comparez gratuitement et sans engagement plus de 160 banques en ligne et réseau en moins de 1 minute. Economisez jusqu'à 300€ sur vos frais bancaires

economisez jusqu'a 300€ sur vos frais bancaire
je trouve ma banque

Archives

back top