Les banques britanniques ne redoutent plus le Brexit

Logo de Barclays Bank

Les banques britanniques sont-elles prêtes pour le 31 octobre ? Apparemment, elles ont eu le temps de se préparer pour le Brexit, que celui-ci se déroule avec ou sans accord. C’est le cas notamment de la Barclays qui, malgré un repli de son bénéfice net au premier semestre, se dit prête à affronter tous les scénarios possibles du Brexit.

Préparées à tous les scénarios

À l’approche de la date butoir du Brexit, les banques britanniques se montrent optimistes malgré les incertitudes sur le déroulement de la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne.

En effet, elles ont eu du temps pour s’y préparer. Ainsi, aux multiples interrogations comme quelle banque choisir après le Brexit ou faut-il en changer, le secteur tient à rassurer les Britanniques.

Important Avec ou sans accord, la plupart des établissements bancaires sont prêts pour le 31 octobre.

Pour le cas de la Barclays par exemple, l’institution a établi un siège en Europe, et a élargi son réseau de banques à travers des filiales dans plusieurs pays.

L’établissement a également opéré des transferts de capital et de personnel, et régularisé les contrats de ses clients.

Par ailleurs, la banque a réglé ses comptes concernant le dossier « PPI ». Pour toutes ces raisons, l’institution affirme qu’elle

« Ne redoute plus la sortie de l’UE ».

Besoin d’une équivalence réglementaire

En tout cas, pour une institution comme cette grande banque britannique, qui est également présente outre-Atlantique et en Europe, l’essentiel est qu’il y ait une certaine équivalence entre les réglementations des différents pays, et que les banques locales et les multinationales se retrouvent à peu près sur un même pied d’égalité.

En effet, pour le cas de cette banque par exemple, les États-Unis représentent 40 % de ses activités de crédit et d’investissement. À défaut d’une égalité de traitement par rapport aux banques américaines, elle n’aurait pas pu s’y installer.

Par ailleurs, le secteur bancaire dans son ensemble a encore un important défi à relever : celui de la digitalisation et de l’évolution technologique. Ce qui requiert encore plusieurs milliards d’investissements.

Concernant le niveau bas des taux d’emprunt, les banquiers estiment que

« Pour relancer durablement l’économie, une certaine complémentarité s’impose entre les politiques monétaires actuelles des institutions financières et les politiques budgétaires des États ».
Choisir la Meilleure Banque

Comparez gratuitement et sans engagement plus de 160 banques en ligne et réseau en moins de 1 minute. Economisez jusqu'à 300€ sur vos frais bancaires

economisez jusqu'a 300€ sur vos frais bancaire
je trouve ma banque

Archives

Liens sponsorisés
back top