ESG : un concept qui se développe, mais qui est encore loin de faire l’unanimité auprès des banques

Un tirelire avec le logo de l'écologie

En principe, banque et écologie ne font pas bon ménage. C’est du moins l’idée que l’on se fait au premier abord et qui est généralement répandue. Pourtant, lors d’un sommet qui s’est tenu en 2017, les représentants de plusieurs banques centrales se sont réunis justement pour discuter d’une approche plus écologique de leurs métiers. Mais malgré la bonne volonté manifestée par ces institutions, le concept de banque écologique ne fait pas (encore) l’unanimité.

Les « petites » banques ne peuvent pas se permettre d’être trop sélectives

L’ESG, ou « gestion responsable », souhaite donner la priorité au financement des entreprises menant des actions concrètes dans la protection et la préservation de l’environnement.

Important Concrètement, les banques qui observent cette ligne de conduite peuvent aller jusqu’à refuser de manière catégorique le partenariat avec une entreprise, un professionnel ou un organisme, dont les activités présentent un impact écologique négatif.

Si les banques des pays développés peuvent sans problème adopter cette démarche, ceux des pays en voie de développement se retrouvent souvent dans l’incapacité d’en faire autant. La pénurie de moyens les empêche de faire face aux coûts de l’ESG.

Mais plus important encore, elles ne peuvent pas se permettre de faire l’impasse sur un partenariat pouvant leur être financièrement profitable, sous prétexte que leur nouveau partenaire est nuisible à l’environnement.

Plus qu’une question de volonté, il s’agit là d’une question de moyens… ou pour aller encore plus loin, de leur survie.

Autre motif de réticence : le catalogue de produits financiers « écoresponsables » est, pour le moment, très peu fourni. Les banques en proie à des difficultés financières n’ont pas la possibilité d’attendre que ce dernier soit plus complet.

Or, pour le cas de l’ESG, cette approche implique souvent une stratégie financière peu viable.

L’ESG divise même chez les « grands »

Aussi louable qu’il puisse être, l’ESG présente de nombreux risques pour les établissements bancaires, même ceux qui sont bien positionnés dans un comparatif de banques. Les grandes institutions ne tirent pas dans le même sens par rapport à cette nouvelle démarche.

Certaines banques en sont encore aux balbutiements et ne consacrent pour le moment qu’une part infime de leur capital dans ce qui est appelé un « financement durable ».

D’autres, plus convaincues, sont à un stade déjà avancé et évoquent la possibilité d’investir 75 %, voire la totalité de leur capital, si elles disposent d’un budget assez conséquent.

Enfin, il faut noter que 50 % des institutions interrogées par HSBC sur le sujet affirment ne pas être intéressées par l’ESG.

Choisir la Meilleure Banque

Comparez gratuitement et sans engagement plus de 160 banques en ligne et réseau en moins de 1 minute. Economisez jusqu'à 300€ sur vos frais bancaires

economisez jusqu'a 300€ sur vos frais bancaire
je trouve ma banque

Archives

Liens sponsorisés
back top