La fusion des réseaux de la Société Générale et du Crédit du Nord devrait entrainer la fermeture de 600 agences

Vue extérieure des tours jumelles Société Générale, siège de la banque française située dans le quartier d’affaires de Paris-La Défense

Alors que dans les prochains jours, la Société Générale devra entamer le volet social des discussions pour la cession de sa filiale de gestion d’actifs Lyxor à Amundi. Elle va également entamer des négociations avec ses salariés concernant les restructurations entrainées par la fusion de son réseau avec celui du Crédit du Nord.

Il y a quatre mois, la Société Générale et le Crédit du Nord annonçaient leur fusion, sans pour autant préciser les réorganisations que cela entrainerait. Après de longs mois d’attente, les premières négociations vont débuter avec les syndicats pour discuter des éventuelles suppressions d’emploi et des garanties apportées par les deux banques. En effectuant un comparatif banque, cette fusion devrait entrainer la fermeture de 600 agences.

Les délégués syndicaux exigent que les salariés soient accompagnés de la meilleure des manières. Ces prochaines négociations viennent s’ajouter à l’agenda social déjà chargé de la Société Générale qui, dans les prochains jours, devra aussi entamer le volet social des discussions pour la cession de Lyxor à Amundi.

Le modèle économique à adopter

La question de l’emploi va évidemment être le principal sujet de négociations. La Société Générale et le Crédit du Nord n’ont pas encore souhaité statuer là-dessus. Les syndicats pourront néanmoins se reposer sur le rapport d’enquête du cabinet d’expertise Secafi. Les conclusions de cette étude sont assez délicates. À Cédric Pérennes, délégué syndical national CFDT au Crédit du Nord de souligner :

Le rapport met en exergue les nombreux risques liés au rapprochement des deux réseaux. Des risques sur l'emploi, bien sûr, qui sont importants et peuvent varier selon les régions, mais des risques liés aussi à l'attrition des clients et à l'avenir des marques.

Cédric Pérennes

Le rapport contient également des propositions concernant le modèle économique à adopter. Les experts de Secafi suggèrent notamment de suivre le modèle du Crédit Mutuel avec le CIC, ou encore d’intégrer davantage le modèle du Crédit du Nord plutôt que celui de la Société Générale. À ce sujet, d’ailleurs, les deux banques ont déclaré vouloir mener établir le nouveau modèle économique en tirant le meilleur des deux mondes.

Quoi qu’il en soit, avec ce rapport de 1 700 pages, les syndicats auront un véritable atout lors des négociations.

Une harmonisation des rémunérations

La question du salaire va également être débattue lors des négociations. Les deux banques ont indiqué qu’elles souhaitaient harmoniser les rémunérations. Pour l’heure, à poste équivalent, les employés du Crédit du Nord perçoivent en moyenne une meilleure rémunération que ceux de la Société Générale. Cependant, s’agissant des primes individuelles et le variable, ils sont plus avantageux du côté de la banque au logo rouge et noir.

Selon une source interne à la Société Générale, cette dernière souhaiterait supprimer le treizième de ses employés. Le délégué syndical national CGT chez la banque mère de Boursorama Banque, Philippe Fournil, a déclaré à ce sujet que :

Il faudra faire attention et prendre le temps de bien gérer tout ça.

Philippe Fournil

À noter que les salariés du Crédit du Nord ne perçoivent que 12 mensualités.

Choisir la Meilleure Banque

Comparez gratuitement et sans engagement plus de 160 banques en ligne et réseau en moins de 1 minute. Economisez jusqu'à 300€ sur vos frais bancaires

economisez jusqu'a 300€ sur vos frais bancaire
je trouve ma banque

Archives

Liens sponsorisés
back top