Le gouvernement indien envisage de regrouper les banques publiques

Drapeau de l'État indien

L’État indien décide enfin de concrétiser la fusion des banques publiques. Il envisage ce projet depuis plusieurs années. Sa motivation s’explique particulièrement par la croissance des créances douteuses constatée dans les enseignes bancaires publiques. Cette décision s’annonce comme une menace de licenciement pour les salariés des établissements financiers publics. Pour exprimer leur mécontentement, ces employés de banques manifestaient.

Depuis l’annonce d’une consolidation des banques publiques indiennes, les salariés travaillant dans ces enseignes lançaient une manifestation. Ils craignent de se retrouver au chômage. Ce projet initié par le gouvernement vise principalement une réorganisation au niveau des créances et des crédits.

Le régime dirigé par Narendra Modi indique une hausse des créances douteuses. En deux ans, ce type de créance a doublé dans les établissements financiers publics. Ces derniers représentent aujourd’hui plus de la moitié des actifs bancaires en Inde. L’idée d’une consolidation qui donnera lieu à une diminution du nombre des banques publiques, peut également jouer en faveur des enseignes privées.

Les créances douteuses augmentent en Inde

L’intention du gouvernement indien de fusionner les organismes financiers publiques repose sur des raisons strictement économiques. Les dirigeants du pays constatent en effet une multiplication des créances douteuses au sein des établissements financiers publiques.

Parmi les 21 enseignes publiques implantées en Inde, 9 d’entre elles indiquent une perte nette sur l’exercice fiscal. Au total, les créances douteuses s’élèvent à 100 milliards de dollars soit 12,5% des prêts. Ce taux atteint les 15% avec les prêts structurés révélés par la banque centrale.

Selon le directeur d’une banque privée :

Les créances douteuses sont le fruit d'une accumulation du ralentissement de l'économie, de projets gelés, de l'annulation de certaines licences pour certaines sociétés dans l'acier, les mines, les télécoms, etc.

Le régime indien entend ainsi liquider les créances jugées douteuses et redynamiser la croissance du crédit. À cet effet, une commission formée de ministres va procéder à un tri et lancera le rapprochement des banques.

La nouvelle annoncée par le gouvernement Modi suscite une inquiète chez les salariés des établissements bancaires publiques. Pour eux, l’idée d’une consolidation implique une suppression de postes. Cette crainte se traduisait par une manifestation qui s’est tenue récemment en Inde. Pour sa part, K. C. Chakrabarty, ancien gouverneur de la banque centrale, se prononce défavorable à l’initiative du gouvernement. Il estime que la fusion des banques en difficulté s’avère peu efficace.

Un secteur fortement dominé par les enseignes publiques

Si le projet du gouvernement indien contrarie les employés des institutions bancaires publiques, il peut toutefois favoriser la concurrence. Dans ce pays, la plupart des enseignes appartiennent à l’État. La consolidation implique cependant une réduction du nombre des établissements publics. Sur les 21 qui existent actuellement, il n’en resterait plus que 12. Les établissements de crédit privés peuvent saisir cette opportunité pour récupérer certains clients. Face à l’embarras du choix, les futurs adhérents découvriront les tarifs les plus intéressants depuis un comparateur banque.

Choisir la Meilleure Banque

Comparez gratuitement et sans engagement plus de 160 banques en ligne et réseau en moins de 1 minute. Economisez jusqu'à 300€ sur vos frais bancaires

economisez jusqu'a 300€ sur vos frais bancaire
je trouve ma banque

Archives

Liens sponsorisés
back top