Les banques se désengagent auprès des États

Bâtiment d'une banque

Longtemps vu comme une distinction, le statut de spécialiste en valeur du Trésor fait, depuis deux ans, l’objet d’un désamour de la part des banques. Les établissements bancaires estiment en effet qu’aujourd’hui, cette activité devient difficile à exercer en raison de la nature engageante de la mission, des soucis de rentabilité et de la pression règlementaire.

Les spécialistes en valeur de Trésor (SVT) ou primary dealers sont des institutions financières ou des Sociétés de Gestion et d’Intermédiation (SGI) qui participent aux émissions de titres publics, à placer les valeurs du Trésor et à garantir la liquidité du marché secondaire.

Initialement, les établissements bancaires privilégiaient le métier de SVT étant donné qu’il leur donnait la possibilité de participer aux politiques d’émission des États et à la gestion de leur dette. Suite à la crise la crise financière de 2008, les règles prudentielles ont toutefois rendu l’exercice de l’activité plus onéreux. Un spécialiste du secteur bancaire affirme en effet qu’aujourd’hui,

Il faut une taille critique pour être rentable sur ces activités .

Tour d’horizon !

Les raisons à la désaffection des établissements bancaires

Le désengagement des banques auprès des États est lié au fait que le métier de SVT est un métier engageant étant donné que les primary dealers doivent assurer toute la logistique auprès des investisseurs.

Par ailleurs, le métier n’est pas toujours rentable en raison de la nature même du contrat. Après avoir acheté des titres à l’occasion des adjudications de dette, les établissements bancaires doivent en effet les revendre eux-mêmes sur le marché. Et comme il s’agit d’une vente aux enchères, la concurrence fait grimper les prix et diminue leurs chances de réaliser des bénéfices sur le marché secondaire.

Outre cela, les établissements partenaires des États subissent une pression règlementaire dans la mesure où ils doivent remplir une mission de teneur de marché pour les obligations souveraines. Concrètement, les SVT sont tenus, en tant que market maker, d’assurer la liquidité de ces titres et ainsi répondre aux besoins des investisseurs en proposant des prix d’achat et de vente dans une fourchette de prix. Les banques doivent de ce fait disposer en permanence d’un large inventaire de « papiers ».

Les principales banques qui se sont désengagées

Pour les raisons citées précédemment, la plupart des meilleures banques européennes qui se sont engagées dans l’activité de primary dealer ont décidé de se retirer. Quant à celles qui, auparavant, envisageaient de le faire, beaucoup ont renoncé à l’idée.

C’est le cas du Crédit Agricole qui a abandonné l’idée de jouer au spécialiste en valeurs du Trésor américain. Pendant plusieurs années, l’enseigne à renforcer ses équipes et s’est pliée aux exigences des autorités américaines pour être acceptée au sein du club. En Septembre dernier, elle a arrêté de négocier. De plus, l’établissement a cessé son activité de primary dealer dans certains pays européens.

Pour leur part, la Société Générale a refusé de s’engager dans les émissions souveraines du Royaume-Uni, ING Direct à celles de l’Irlande et Commerzbank à celles de l’Italie.

Du côté de l’Espagne, la banque Santander n’a plus participé au processus de renouvellement des SVT de la France. C’est également le cas du Crédit Suisse qui a préféré se concentrer aux adjudications américaines et qui a ainsi laissé celles de l’Europe. Résultat, l’ATF (Agence France Trésor) ne compte désormais plus que 17 partenaires bancaires.

Choisir la Meilleure Banque

Comparez gratuitement et sans engagement plus de 160 banques en ligne et réseau en moins de 1 minute. Economisez jusqu'à 300€ sur vos frais bancaires

economisez jusqu'a 300€ sur vos frais bancaire
je trouve ma banque

Archives

Liens sponsorisés
back top