Les entreprises britanniques résistent aux effets du Brexit

Concept du Brexit

Mark Carney vient d’annoncer que le Brexit commence à avoir des effets négatifs sur les activités des entreprises. Les résultats concernant le second trimestre indiquent cependant une tendance contraire à celle indiquée par le gouverneur de la Banque d’Angleterre. Pour la plupart des grandes sociétés britanniques, le chiffre d’affaires augmente de 20%.

À l’issue d’un vote effectué le 23 juin 2016, l’État britannique se sépare de l’Union Européenne le 29 mars 2017. Du point de vue économique, la rupture devrait avoir de lourdes conséquences pour le pays. Le bilan de ces derniers mois affirment toutefois que diverses entreprises du Royaume-Uni, tous secteurs confondus, dressent un bilan positif.

Selon les analystes, les résultats constatés par les entreprises britanniques s’expliquent par une ouverture à l’extérieur. Ces observateurs rajoutent que plusieurs groupes adoptaient différentes dispositions pour gérer la crise. Cette attitude leur permet actuellement d’augmenter leurs bénéfices. Néanmoins, les entreprises qui se concentrent sur le marché interne souffrent d’une baisse de leur chiffre d’affaires.

Les activités à l’extérieur contribuent à l’essor des sociétés britanniques

Les grandes entreprises du Royaume-Uni affichent un résultat qui se met en contradiction avec le contexte diplomatique et économique. Ces établissements continuent de progresser alors que la Grande-Bretagne vient de sortir de l’Union Européenne en votant le Brexit. Pour le deuxième trimestre, leur chiffre d’affaires s’est rehaussé de près de 20%.

Ces sociétés doivent leur essor au marché international, notamment en Asie et en Amérique. Le cas de HSBC illustre exactement la tendance. Le groupe bancaire avoue que ses relais de croissance appartiennent au marché chinois. Les deux laboratoires GSK et Astra Zeneca, pour leur part, concentrent leurs activités au marché américain.

L’enseigne Tesco ainsi que les compagnies pétrolières Royal Dutch Shell et BP profitent également de cette ouverture à l’extérieure.

Selon Caroline Simmons, spécialiste du Royaume-Uni chez UBS Wealth Management :

70% des ventes des entreprises cotées au sein de l'indice vedette boursier britannique proviennent de l'étranger donc les résultats reflètent davantage la croissance mondiale et celles des matières premières que l'état de l'économie britannique.

Caroline Simmons.

Les mesures contre la crise profitent également aux groupes britanniques

Depuis la crise en Europe, une grande partie des groupes britanniques ont procédé à des restructurations telles que la suppression d’emploi, la cession d’actifs, la baisse des investissements, la réduction des coûts. Ces initiatives leur ont permis, par la suite, d’accroître leurs profits.

Lloyds Banking Group et Barclays figurent parmi les sociétés ayant adopté de nouvelles dispositions. Le comparatif banque démontre que ces grands noms du secteur bancaire tirent également profit du coût du litige qui diminue.

Contrairement aux groupes qui délocalisent leurs activités, ceux qui dépendent particulièrement du marché national s’exposent à des difficultés. Sur ce point, notons que le bénéfice a diminué pour les opérateurs immobiliers Foxtons et Countrywide.

Choisir la Meilleure Banque

Comparez gratuitement et sans engagement plus de 160 banques en ligne et réseau en moins de 1 minute. Economisez jusqu'à 300€ sur vos frais bancaires

economisez jusqu'a 300€ sur vos frais bancaire
je trouve ma banque

Archives

Liens sponsorisés
back top