La situation sur le marché français évolue en matière d’accessibilité bancaire

Conseiller financier féminin montrant le résultat sur la calculatrice.

L’Observatoire de l’inclusion bancaire a récemment publié son rapport 2019 concernant l’accès aux services financiers dans l’Hexagone. Cette initiative a été lancée par la loi bancaire de juillet 2013. L’organisme, placé sous l’égide du gouverneur de la Banque de France, rassemble des acteurs issus de différents secteurs, incluant des banques, des associations et des représentants des pouvoirs publics.

Au-delà de l’accès aux comptes bancaires, la notion d’inclusion dans le secteur implique la protection et l’éducation financières des consommateurs. L’Observatoire dédié se focalise sur ces trois critères pour établir son rapport annuel sur l’accessibilité bancaire en France. Les résultats sont assez encourageants dans l’ensemble. Toutefois, les professionnels du secteur doivent encore fournir des efforts sur plusieurs points.

Parmi les améliorations notables, la Banque de France a notamment constaté une baisse significative des ménages en situation de surendettement. L’offre dédiée aux clients fragiles tend également à se développer sur le marché. Ce dispositif permet de protéger les individus les plus précaires et de renforcer l’inclusion bancaire dans le pays.

Des améliorations sont encore nécessaires

La Banque de France relève encore de nombreux points pouvant être améliorés pour favoriser l’inclusion bancaire dans l’Hexagone. Les démarches liées au droit au compte, par exemple, demeurent complexes et découragent les souscripteurs potentiels.

Le rapport a d’ailleurs noté une baisse du nombre de comptes créé dans le cadre de ce dispositif l’an dernier. 34 077 personnes en ont bénéficié en 2019, contre 41 076 l’année précédente. De plus, certaines banques peinent à appliquer la procédure, notamment en raison des mesures antiblanchiment d’argent, des personnes physiques ouvrant un compte à titre professionnel, etc.

Le microcrédit et la microépargne devraient aussi être promus davantage en France, selon la Banque de France. Les encours des microcrédits personnels ont augmenté de 19,7 % l’an dernier, pour un volume de 85,1 millions d’euros sur deux semestres. Néanmoins, ce type de prêt devrait bénéficier d’une extension d’objet, d’une meilleure distribution et d’une réduction de coûts, comme le note l’Observatoire.

De même, la microépargne n’est pas suffisamment développée sur le marché français. Pourtant, cette offre est intéressante pour les clients les plus précaires. Elle permet en effet de se constituer une épargne sur un livret dédié et de bénéficier d’un accompagnement social spécifique. Pour rappel, le dispositif est plafonné à 3 000 euros et donne accès à une rémunération à hauteur de 1,25 %.

Une évolution tangible

L’Observatoire de l’inclusion bancaire a consacré une grande partie de son rapport 2019 au surendettement, pour marquer le trentième anniversaire de la Loi Neiertz. Régulièrement mise à jour, cette dernière prévoit une procédure collective pour traiter les situations de surendettement. Ce système proposé en France est unique dans le monde.

Selon le rapport, les cas de surendettement ont reculé de 9 % en un an, pour atteindre 80 000 en 2019. Les primo dépôts ont notamment baissé de 43 % depuis 2011. Par ailleurs, 25 % des Français surendettés ne disposaient pas de crédit à la consommation l’année dernière. Les dettes en la matière ont donc chuté de 47 % entre 2011 et 2019. Cette tendance à la baisse encourage à concentrer la procédure contre le surendettement sur les populations les plus fragiles, selon une étude typologique menée l’an dernier.

Concernant les frais bancaires, le rapport fait état d’une réduction de 16 % de la facturation annuelle moyenne des personnes financièrement fragiles. L’ensemble des frais associés aux comptes de ce type de client est en effet passé de 304 à 255 euros de 2018 à 2019. Cette baisse s’explique entre autres par l’engagement des banquiers à plafonner les frais d’incident. Prise fin 2018, l’initiative a concerné 3,4 millions de Français qui en ont déboursé en moyenne 151 euros l’an dernier.

Choisir la Meilleure Banque

Comparez gratuitement et sans engagement plus de 160 banques en ligne et réseau en moins de 1 minute. Economisez jusqu'à 300€ sur vos frais bancaires

economisez jusqu'a 300€ sur vos frais bancaire
je trouve ma banque

Archives

back top